Journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral

Publié le
AVC agir VITE

29 octobre 2017 : Journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral AVC

Cette journée mondiale de 2017 est dans sixième édition ciblant la sensibilisation du grand public sur l’accident vasculaire cérébral qui se manifeste lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin obstrué. La rupture de ce vaisseau sanguin entraîne ainsi une hémorragie cérébrale. Les conséquences sont dramatiques avec les neurones qui ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines cellules cérébrales sont endommagées et d’autres meurent.

Il faut savoir reconnaitre les premiers signes d’un AVC. Parmi ces signes, qui doivent faire penser à un AVC un engourdissement, une faiblesse ou paralysie brutale d’une partie ou de la moitié du corps, une déformation de la bouche ou d’une partie de la face, des difficultés d’élocution, un trouble oculaire, un déséquilibre de la stature et de la coordination des mouvements, une céphalée sévère. Ces symptômes sont alarmants même s’ils sont brefs et s’ils régressent en quelques minutes. Il faut agir le plus rapidement possible et en urgence avant que les lésions ne soient irréversibles.

Près de 75% des patients survivent à un accident vasculaire cérébral. Néanmoins, ils gardent des séquelles. Environ 15 % des AVC apparaissent chez les sujets adultes de moins de 50 ans, 25 % chez les moins de 65 ans, et plus de 50 % chez les personnes de 75 ans et plus.

La reconnaissance des signes d’alerte permettent d’éviter des séquelles cérébrales irrémédiables aux patients. Par ailleurs, plus il existe des facteurs de risque, plus on élève le risque de faire un AVC.

En terme de prévention, on peut agir sur certains des facteurs de risque comme l’hypertension artérielle, le tabagisme, la surcharge pondérale, l’hypercholestérolémie et le syndrome diabétique. Les mesures de prévention se basent sur le sevrage tabagique, une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

L’incidence des AVC en Tunisie est de 192 cas sur 100 mille habitants. Par ailleurs, la prévalence de l’AVC est de 7,2 pour mille habitants.

L’AVC est la cause la plus courante de consultation en neurologie et constitue près de 50% des consultations dans cette discipline.