Journée mondiale du don d’organes et de la greffe

Publié le
journée mondiale du don d'organes

Depuis 2005, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a initié une journée mondiale du don d’organes et de la greffe, celle-ci a lieu chaque année le 17 octobre.
Cette journée est partie d’un constat alarmiste, le fait que des milliers de patients subissent toujours l’angoisse de l’attente et vivent un péril de santé au quotidien. Chaque jour, des hommes, des femmes et des enfants souffrant d’une insuffisance organique terminale meurent faute d’avoir pu être transplantés à temps, alors que la médecine aurait été en mesure de les sauver et que le don d’organes est devenu représentatif des progrès thérapeutiques de la médecine et de la prolongation de l’espérance de vie malades en attente d’un donneur compatible.
Cette situation est essentiellement due à un déficit d’information et de sensibilisation du grand public.

Un manque cruel de donneurs d’organe en Tunisie

En Tunisie, 80% des familles tunisiennes refusent la donation d’organes d’un proche décédé et uniquement un tiers des besoins des donneurs d’organes sont satisfaits. Près de 1300 à 1500 demandeurs de greffes de rein sont recensés annuellement. Entre 100 et 200 cas de demandeurs de transplantation hépatique, 50 à 55 cas de demandeurs de transplantation cardiaque et entre 50 et 54 cas de transplantation pulmonaire sont enregistrés chaque année. Si le prélèvement sur un donneur vivant est une alternative possible essentiellement pour la greffe de rein, celle sur un donneur décédé reste une solution adaptée à la greffe hépatique, pulmonaire et cardiaque. Face à la baisse du nombre des donneurs d’organes, le rôle des médias dans la sensibilisation au don d’organes en tant qu’acte humaniste est important.

Un don d’organes est un don de vie, de générosité et de noblesse.