Actualités

La journée mondiale de lutte contre l’endométriose

Publié le
La journée mondiale de lutte contre l’endométriose

Le lundi 13 mars 2017 est la journée mondiale de lutte contre l’endométriose

Cette maladie gynécologique n’est pas très connue et pourtant elle affecte une femme sur dix, ce qui correspond à 10% des femmes en âge de procréation.
L’endométriose est responsable de 10% à 15% de l’infertilité des femmes.
L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones, les œstrogènes, au cours du cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle nidation, et s’il n’y a pas fécondation, il se décompose et saigne. Ce sont les règles.
Chez une jeune femme qui développe une endométriose les cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial se formant hors de la cavité utérine entraîne des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, ce sont endométriomes qui peuvent envahir des organes de la cavité abdominale. Cette colonisation, si elle a surtout lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

La plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs abdominales. L’endométriose est une affection complexe. Il est parfois possible de dire qu’il n’y a pas une seule mais des endométrioses puisque cette anomalie ne se développe pas de la même façon d’une jeune femme à une autre.