Actualités

Journée mondiale de lutte contre le sida 2017

Publié le
Journée mondiale de lutte contre le sida 2017

1er décembre : La journée mondiale de lutte contre le sida

Cette journée cible à sensibiliser le grand public sur cette maladie et mobiliser les actions pour accentuer la prévention et réduire les risques secondaires et les conséquences de cette maladie infectieuse sexuellement transmissible.

Campagne de la journée mondiale de lutte contre le sida : « Ma santé, mes droits »

Autour de cette journée l’OMS et l’ONUSIDA ont lancé une campagne sur le thème « Ma santé, mes droits »
La campagne #myrighttohealth s’intègre à l’objectif de la couverture sanitaire universelle de l’OMS.
La campagne « Ma santé, mes droits » a pour but d’accroître la visibilité autour de la nécessité de parvenir à l’application pleine et entière du droit à la santé pour tous, partout, y compris pour les malades atteints par le VIH.

Le sida cause la mortalité de millions de personnes dans le monde et particulièrement dans les pays en voie de développement pour lesquels l’accès aux médicaments est très difficile. Les stratégies nationales de ces dernières années ont ciblé la réduction de l’écart entre la prévention et le traitement. Dans le monde 18,2 millions de personnes ont eu accès aux thérapies en 2016, soit un peu moins que la moitié des patients; 36,7 millions de personnes vivent avec le sida; 2,1 millions de personnes ont été nouvellement contaminés en 2015 et 1,1 million de personnes sont mortes suite à cette infection en 2015.
Environ 36 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH qui reste contrôlé à un niveau bas dans le sang avec les antirétroviraux, mais aucun traitement curatif n’existe à l’heure actuelle; dès que le traitement antirétroviral est interrompu, la charge virale remonte.

En Tunisie, 122 nouveaux cas ont été enregistrés en 2015.
Les centres de conseil et de dépistage anonymes et gratuits (CDAG) mis en place par le ministère de la Santé, depuis 2009, sont au nombre de 25, répartis dans 20 gouvernorats. Ils permettent de se faire dépister et de trouver des renseignements.

A l’heure actuelle, les scientifiques ne disposent pas des outils nécessaires pour mesurer précisément la taille du réservoir résiduel du virus du VIH après greffe de cellules souches allogéniques. Ils ne peuvent ainsi pas affirmer qu’il y aura guérison ou non et choisir un traitement complémentaire adapté. Un seul cas au monde de malade guéri du SIDA a été jusqu’ici décrit. Il s’agit de l’Américain Timothy Brown, connu aussi comme le « patient de Berlin ». Déclaré séropositif en 1995, il n’a montré aucun signe d’infection depuis 2007. Les médecins sont parvenus à le soigner en procédant à des greffes de moelle osseuse de personnes ayant des cellules immunitaires mutantes qui résistent naturellement au virus du SIDA. Une immunité naturelle dont est dotée 0,3% de la population mondiale. Des recherches approfondies pourraient ainsi permettre de trouver, à terme, un traitement pour guérir complètement les personnes séropositives.