Actualités

Les femmes survivent moins que les hommes à un infarctus du myocarde

Publié le
Les femmes survivent moins que les hommes  à un infarctus du myocarde

Les hommes et les femmes n’ont pas la même chance de survie face à un infarctus du myocarde.

C’est le résultat d’une recherche française présentée au cours du congrès de la société européenne de cardiologie, en août 2015 à Londres.
Cette étude clinique a été menée pendant trois années sur plus de 11.000 français dans le centre de recherche cardio-vasculaire de Paris (PARCC).
Elle a montré que les femmes ont plus de risque d’avoir une mort subite par une atteinte cardiaque que les hommes. En effet, les chercheurs ont révélé que 26% des hommes ont pu survivre suite à un infarctus du myocarde contre 18 % de femmes. Ce résultat est interprété par le fait que la symptomatologie d’un infarctus est moins bien perçue chez les femmes et par l’accessibilité réduite des femmes à des techniques interventionnelles comme l’angioplastie.

Par ailleurs, l’examen sanguin de l’irrigation sanguine par angiographie a été effectué à l’hôpital pour 60% d’hommes contre 40% de femmes. Par conséquent, les scientifiques ont constaté que des efforts doivent être concertés pour permettre l’amélioration du pronostic et la gestion de la prise en charge pronostic pour les femmes. 

Les pathologies cardiovasculaires sont devenues la première causalité de mortalité chez la gente féminine. Il est à noter que depuis une trentaine d’années, le nombre  de femmes affectées par des maladies cardiovasculaires a triplé. Les facteurs de risque du myocarde chez les hommes sont surtout  le tabagisme, le diabète, l’hypertension artérielle et le cholestérol.
Les déterminants féminins favorisant la survenue d’une crise cardiaque sont le tabagisme, l’élévation de la pression artérielle, l’obésité et la pilule contraceptive.