Actualités

Maladie coeliaque et risque d’anorexie

Publié le
Maladie coeliaque et risque d’anorexie

L’anorexie peut être un effet indésirable de la maladie coeliaque.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune où la consommation de la protéine de gluten du blé, de l’orge ou de seigle conduit à des lésions de l’intestin grêle.
La maladie coeliaque entraîne une restriction alimentaire. Les patients doivent avoir une alimentation sans gluten.

L’anorexie mentale est un trouble émotionnel qui implique un désir obsessionnel de perdre du poids en refusant de manger. L’anorexie est une maladie invalidante, elle provoque des douleurs abdominales, diarrhées, ballonnements, fatigue, anémie mais aussi parfois des troubles neurologiques et articulaires.

La restriction alimentaire sans gluten peut devenir trop importante, avec des effets indésirables, soit amaigrissement, une asthénie, des problèmes articulaires et des atteintes neurologiques et entraîner une anorexie.

Selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale « Pediatrics », au mois d’avril 2017, les femmes atteintes de la maladie cœliaque sont plus susceptibles de développer également une anorexie.
Les chercheurs de l’Université du Colorado aux Etats-Unis ont analysé les données recueillies de 1987 à 2009 auprès de 18 mille femmes suédoises diagnostiquées avec la maladie cœliaque et environ 89 mille femmes du même âge qui n’ont pas eu cette maladie auto-immune.
Les conclusions de cette étude rapportent qu’après un diagnostic de la maladie cœliaque, les femmes étaient 46% plus susceptibles d’être diagnostiquées anorexiques. Inversement, après un bilan d’anorexie, les femmes avaient deux fois plus de risque d’avoir un diagnostic tardif de la maladie cœliaque.
Le lien s’est révélé plus fort chez les femmes dont la maladie coeliaque a été identifiée avant l’âge de 19 ans. Leur risque d’avoir un diagnostic d’anorexie était 4,5 fois plus élevé que celui du groupe témoin de femmes sans maladie cœliaque.

L’auteur principal de l’étude, le Dr Karl Marild, chercheur à l’Université du Colorado à Aurora a déclaré : « Avant cette étude, on a publié quelques rapports de cas de patients atteints de la maladie cœliaque qui développaient des troubles alimentaires après leur diagnostic…», c’est ici la première étude à démontrer une association entre la maladie cœliaque et l’anorexie.