Actualités

Musicothérapie pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Publié le
Musicothérapie pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer

La musique adoucit l’humeur et assure un apaisement des malades atteints d’Alzheimer.

Elle a été utilisée comme thérapie dans plusieurs centres aux Etats-Unis. Un programme de musicothérapie a été déployé à destination des personnes âgées souffrant de démence.
Evalué pour la première fois, dans l’American Journal of Geriatrics Psychiatry, l’étude aboutissait à des résultats plutôt encourageants.

Actuellement aucun médicament n’a une visée directe pour traiter la maladie d’Alzheimer. Des médicaments permettent de réduire les effets de cette maladie neurodégénérative et de ralentir son évolution. Les thérapeutes utilisent des anxiolytiques et des neuroleptiques pour diminuer des risques de la dégradation de la santé psychique de patients et une altération de leur qualité de vie.

Par rapport aux approches classiques, le projet « Music & Memory » améliore le comportement des patients atteints d’Alzheimer. L’étude a consisté à proposer aux patients une playlist musicale personnalisée. Kali Thomas, co-auteur de l’étude, l’a testé auprès de son oncle, amateur de Merle Haggard et de Johnny Cash. « Quand nous lui faisions porter ses écouteurs, sa respiration s’apaisait et son visage se détendait », explique-t-elle dans un communiqué. La musicothérapie a été adoptée par les chercheurs américains de l’Université Bown pour observer et évaluer l’impact sur 25 mille personnes suivies pour la maladie d’Alzheimer et des démences. L’approche thérapeutique a été méthodique en faisant écouter aux patients une forte musique et en diminuant la prise de médicaments. Les résultats ont montré que 20% des patients ont stoppé la prise d’antipsychotiques. Dans les établissements hospitaliers témoins, ce taux a été 15%.

Les chercheurs n’ont pas observé des effets significatifs sur les troubles de l’humeur mais des améliorations au niveau comportemental. L’efficience de ce programme « Mémoire et musique » n’a pas été concrètement confirmée. Cependant, Rosa Baier, l’une des auteurs, fait preuve d’enthousiasme et déclare : « Cela constitue une première étape dans la compréhension des améliorations qui peuvent être attribuées à ce programme ».

Une seconde étude est déjà prévue pour apporter plus d’éclairage, en associant d’autres établissements de soins qui n’ont pas intégré ce projet et l’état de santé des patients sera comparé à des malades atteints de démences dans les maisons de retraite.