lapine

Une protéine pour combattre le choc septique

Publié le

PLTP pour lutter contre le processus de sepsis

Une équipe de l’Inserm installée à Abidjan a pu mettre au point une protéine ayant la capacité de lutter contre le processus de sepsis. Cette protéine est nommée PLTP et permet d’assurer la neutralité des toxines libérées par des entités microbiennes lors de pathologies infectieuses.
Cette recherche a été publiée dans « Scientific Reports ». Selon Laurent Lagrost, cette protéine constitue une molécule active pour le lavage des toxines de bactéries. Cette protéine est naturellement présente dans l’organisme. En revanche, elle fonctionne moins bien chez les sujets ayant un faible système immunitaire. La problématique est que la PLTP est synthétisée d’une quantité très faible dans l’organisme et que ce n’est qu’une concentration de quelques milligrammes qui se retrouvent au niveau du sang. Dans ce contexte, les scientifiques ont réalisé des expérimentations sur des lapines pour qu’elles puissent fabriquer le PLTP dans le sang et qu’elles puissent le fabriquer à partir du lait.
Ainsi la quantité synthétisée de cette protéine est 1000 fois plus que chez l’homme.
Ensuite, cette protéine a été injectée à des animaux malades infectés par des bactéries et l’état de santé de ces animaux s’est nettement améliorée.
Cette expérience thérapeutique a confirmé que la protéine PLTP modifiée a des bénéfices thérapeutiques énormes pour traiter les chocs septiques. Par ailleurs, une quantité efficiente et suffisante permet d’assurer un bon usage pour prendre en charge le choc septique.