Actualités

Réduire les risques des maladies démentielles

Publié le
Réduire les risques des maladies démentielles

9 facteurs pour réduire les risques des maladies démentielles

Près de 47 millions de personnes souffrent de démence dans le monde et cette prévalence devrait atteindre 66 millions en 2030 et 115 millions en 2050. C’est une commission de 24 experts internationaux assemblés à l’initiative de la revue « The Lancet » sur la prévention et la prise en charge des démences qui a identifié et proposé des outils puissants pour la prévention et révélé les bénéfices de thérapies non médicamenteuses pour les patients atteints de démence.
Les résultats ont été présentées à Alzheimer’s Association International Conference (AAIC) 2017 et publiés dans la revue « The Lancet » relevant neuf principaux facteurs dans le mode de vie permettant de diminuer le risque de démence, dont d’Alzheimer au grand âge.
Un cas de démence sur trois pourrait être évité, conclut cette analyse menée à l’University of Southern California en surveillant ces neuf facteurs de mode de vie et de santé : l’éducation, l’audition, le tabagisme, l’hypertension artérielle, l’obésité, la dépression, l’activité physique, l’isolement social et le diabète.

Les mesures de prévention sont liées à des choix d’un mode de vie sain, d’autres impliquent la prise en charge des pathologies liées à l’âge comme la perte d’audition, l’hypertension, la dépression, la consommation tabagique, l’obésité qui peuvent impacter sur ce risque de déclin cognitif profond. En outre, des interventions non médicales telles que le niveau d’éducation, le contact social et la pratique régulière d’une activité physique vont contribuer à réduire les symptômes de patients atteints de démence.
Le Dr Lon Schneider, professeur de psychiatrie et sciences du comportement à la Keck School of Medicine de l’Université du Sud de la Californie a indiqué : « Beaucoup d’attention et de recherches ont porté sur le développement de médicaments pour prévenir et traiter la démence, dont la maladie d’Alzheimer, mais les vraies avancées majeures dans le traitement de la démence sont les approches préventives ». Oeuvrer sur les facteurs de risque et les réduire est un moyen performant pour faire baisser les risques des pathologies de la démence qui constituent des problèmes de santé publique dans le monde.
Les recommandations de cette conférence pour la prise en charge de la démence renferment le traitement des signes cognitifs, l’individualisation des soins, le rôle des soignants, la planification du suivi et l’évaluation thérapeutique, le management des signes neuropsychiatriques et la fin de vie des patients.