Actualités

Réduire les vitesses en zones urbaines pour sauver des milliers de vies

Publié le
Réduire les vitesses en zones urbaines pour sauver des milliers de vies

L’OMS et la Gestion de la vitesse

Un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) intitulé « Gestion de la vitesse » a été publié le 05 mai 2017, il avance que la vitesse excessive ou inadaptée contribue à un décès sur 3 des accidents de la route dans le monde.
Les mesures pour réguler la vitesse évitent les morts et les blessés sur les routes, améliorent la santé des populations et rendent les villes plus viables. Environ 1,25 million de personnes meurent chaque année sur les routes dans le monde.
Selon les études, en général 40 à 50% des conducteurs dépassent la vitesse limite autorisée. Les conducteurs de sexe masculin, jeunes et qui ont consommé de l’alcool ont une plus grande probabilité d’être impliqués dans des accidents liés à la vitesse. Les accidents de la route demeurent la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans. On estime qu’ils coûtent aux pays de 3 à 5 % du PIB et acculent de nombreuses familles à la pauvreté. Seulement 47 pays dans le monde suivent les bonnes pratiques pour l’une des principales mesures de gestion de la vitesse, à savoir : limiter la vitesse autorisée en zone urbaine à 50 km/h ou moins, et laisser les autorités locales abaisser encore cette limite sur les routes autour des écoles, des résidences et des commerces.
Le Directeur Général de l’OMS, le Dr Margaret Chan a indiqué: « La vitesse est au cœur du problème mondial des accidents de la route. Si les pays s’occupaient uniquement de ce risque principal, ils engrangeraient bientôt les bénéfices de routes plus sûres, que ce soit en termes de vies sauvées ou de recours à la marche et au vélo, avec des effets profonds et durables sur la santé ».