Actualités

La semaine mondiale de l’allaitement maternel

Publié le
La semaine mondiale de l’allaitement maternel

La semaine mondiale de l’allaitement maternel s’est déroulée du 1er au 7 août 2017.

Cette année le thème de cette semaine a été « Maintaining Breastfeeding » (Ensemble protégeons l’allaitement, loin des conflits d’intérêts).
Chaque année dans le monde 77 millions de bébés ne bénéficient pas de l’allaitement maternel au cours de la première heure après la naissance. Le lait maternel est une source de nutriments et d’anticorps et tient un rôle important dans l’immunisation des nourrissons. L’allaitement au sein constitue un véritable renforcement de la défense immunitaire aussi bien de l’enfant que celle de la mère et protège les femmes contre le cancer du sein. Sans cet apport, l’organisme du petit nouveau-né vit un tout autre développement avec une vulnérabilité à plusieurs pathologies. Par ailleurs, le risque de décès chez les bébés qui ne reçoivent jamais de lait maternel est 14 fois plus élevé que ceux exclusivement nourris au sein. Les infections provoquent quatre fois plus de mortalités chez les nouveau-nés alimentés au biberon. Et c’est dans les premiers moments de vie que tout se joue. Retarder l’allaitement de 2 à 23 heures après la naissance augmente de 40% le risque de décès des nourrissons. La conséquence d’un retard de 24 heures, voire plus, peut augmenter le risque de mortalité des nourrissons à 80%. Cependant, actuellement à l’échelle mondiale, aucun pays ne respecte les recommandations en matière d’allaitement maternel, plus d’un nourrisson sur deux n’est pas mis au sein dans la première heure de sa naissance.
Seulement 40% des nourrissons sont alimentés exclusivement au lait maternel pendant leurs six premiers mois de vie. Près de 800 milles vies pourraient être sauvées chaque année si tous les bébés bénéficiaient d’un allaitement exclusif dans le premier semestre de la vie de ces nourrissons.