Actualités

Surpoids des mères et sur-risque de malformations chez le nouveau-né

Publié le
Surpoids des mères et sur-risque de malformations chez le nouveau-né

Obésité des mères et sur-risque de malformations congénitales

Une étude scientifique a montré que l’obésité des mères pourrait entraîner des risques de malformations congénitales et des cardiopathies chez les nouveau-nés.
L’étude a été publiée en juin 2017 dans British Medical Journal. Les scientifiques ont considéré les données de 1,2 millions de naissances en Suède entre 2001 et 2014. 43.550 nouveau-nés étaient affectés par des malformations congénitales majeures renfermant des malformations du système génital, de l’appareil digestif, du cœur, des yeux, du visage, du tissu osseux, de la moelle épinière et du cerveau.
Les chercheurs ont considéré l’IMC des mères suivant les classification de l’OMS, soit
– En sous-poids : IMC inférieur à 18.5
– Normal : IMC entre 18.5 et 24.9
– Surpoids : IMC entre 25 et 29.9
– Obésité modérée : IMC entre 30 et 34.9
– Obésité sévère : IMC entre 35 et 39.9
– Obésité morbide : IMC supérieur à 40

Pour les mères ayant un poids normal ou inférieur, le risque de malformation congénitale est évalué à 3,4%.

Les corrélations entre la surcharge pondérale et l’apparition de séquelles de malformations ont été estimées selon le type de l’obésité.
Chez les femmes en surpoids le sur-risque est de même pas 1% avec une proportion de malformations congénitales estimée à 3,5%.
Le sur-risque est évalué de +8% à +15% chez les mères obèses modérées. La proportion de malformations congénitales est estimée à 3,8%.
Chez les femmes ayant une obésité sévère le sur-risque est estimé de +17% à +30% , taux de malformation constaté de 4,2%.
L’obésité qualifiée de morbide avec un indice de masse corporel supérieur à 40 est associée à un sur-risque évalué de +26% à +49% avec un taux de malformations congénitales observé de 4,7%.

Source : British Medical Journal – Risk of major congenital malformations in relation to maternal overweight and obesity severity: cohort study of 1.2 million singletons