Actualités

Tunisie : les pathologies chroniques, dont le diabète, en augmentation

Publié le
Tunisie : les pathologies chroniques, dont le diabète, en augmentation

Recrudescence des pathologies chroniques selon l’enquête de santé 2016

Un taux de 19% des Tunisiens de plus de 15 ans souffrant du syndrome de diabète (contre 2% dans les années 70 et 15% en 2013), 36,4% d’entre eux d’hypertension artérielle et 5,1% de dépression, selon les résultats préliminaires de l’enquête « Tunisian Health Examination Survey », présentés le vendredi 12 mai 2017 lors d’un séminaire national organisé à Gammarth en partenariat avec l’institut national de santé publique et le bureau représentant de l’organisation mondiale de la santé à Tunis. Les chiffres relatifs à l’obésité sont tout aussi alarmants.

L’étude a été réalisée selon Olfa Saidi, chef de projet de l’enquête, auprès d’un échantillon représentatif de 5250 ménages, répartis sur tout le territoire tunisien, en partenariat avec l’OMS, l’Institut national de la santé, laboratoire de recherches sur les maladies cardio-vasculaires, et l’office national de la famille et de la population.

Selon cette étude, 64,5% des tunisiens sont en surpoids (dont 72,4% sont des femmes) et 30% sont obèses, a souligné la ministre de la Santé Samira Merai, à l’ouverture du séminaire, ajoutant que 44,6% des citoyens souffrent d’une dyslipidémie : une concentration anormalement élevée ou diminuée de divers lipides (cholestérol, triglycérides, phospholipides ou acides gras libres) dans le sang.

La prévalence du tabagisme est en outre de 23.5% (45.5% chez les hommes et 2.7% chez les femmes) et un tiers de la population est anémique (29.2%) du fait d’une alimentation non équilibrée, a indiqué la ministre, affirmant que cette enquête est la première du genre dans la région arabe et la région de l’Est de la Méditerranée. Cette enquête sur la santé de la population tunisienne avait pour objectif principal l’analyse de l’état de santé de la population tunisienne âgée de 15 ans et plus.
De plus, l’enquête a révélé un enregistrement de l’état civil perfectible, avec une sous déclaration des décès aux autorités locales de 0.8% et des cas d’inhumation réalisée sans certificat de décès (3,6%). Un autre paramètre sur l’égalité de l’accès aux soins révèle que 16.3% des tunisiens renoncent aux soins faute de moyens financiers.

La ministre de la santé, Dr Samira Merai a déclaré que ces résultats doivent inciter à accélérer la mise en place du « plan stratégique multi-sectoriel de lutte et de prévention des maladies non transmissibles » afin de réduire la vitesse d’augmentation des prévalences des différents facteurs de risque, et œuvrer à réduire les inégalités géographiques et les disparités socio-économiques en matière de santé.