Actualités

Quand les urgentistes s’inspirent des dauphins

Publié le
Quand les urgentistes s’inspirent des dauphins

Les phoques et les dauphins inspirent les médecins urgentistes pour lutter contre les hémorragies

Une équipe de chercheurs américains de l’université de Buffalo a découvert qu’en mettant en place un simple sac d’eau glacée sur le front, les yeux et les pommettes d’un patient hémorragique, il était possible de limiter la chute de sa tension artérielle.
Zachary Schlader, l’auteur principal de l’étude a révélé : « Nous avons besoin de comprendre comment nous pouvons prolonger la survie en cas de perte de sang sévère et cela se résume souvent à maintenir la pression artérielle. Plus vous perdez de sang, plus vous compromettez vos chances d’y parvenir ».
C’est en regardant les phoques et les dauphins que les chercheurs ont décidé de tester cette méthode dans un essai clinique. Ces mammifères marins ont en commun un « réflexe d’immersion », qui se déclenche lorsque le haut de leur face est en contact avec de l’eau froide, soit à une température de 20 °C maximum et lorsqu’ils amorcent une plongée. Ce réflexe se manifeste par une diminution de la fréquence cardiaque et une contraction des vaisseaux sanguins périphériques. La vasoconstriction permet de faire affluer le sang vers le cœur et le cerveau, entretenant ainsi la fonction des organes prioritaires et vitaux, et prolongeant les capacités d’apnée. Ce mécanisme est spécifique chez les mammifères marins et chez l’homme.
Pour l’essai clinique, les chercheurs américains ont reproduit les conditions d’une hémorragie chez une dizaine de personnes. Pour simuler une hémorragie, les scientifiques ont placé le bas du corps des participants dans un appareil à pression négative pendant quelques minutes. La machine qui pompe l’air a permis un flux de sang vers les jambes et une hypotension. Ensuite, les chercheurs ont placé un petit sac congélation rempli d’eau à près de 0 °C sur le front et le visage des patients. Et la technique a fonctionné puisque la pression artérielle des patients s’est stabilisée.
Les hémorragies sont le vecteur du décès de sujets adultes, surtout lors de traumatismes et de blessures graves. Cette méthode peu coûteuse pourrait contribuer à sauver des vies, sans interférer avec les protocoles classiques de soins établis.