journee mondiale plaisir solitaire

PLAISIRS SOLITAIRES ça se fête le 7 mai !

Publié le

S’il est courant d’affirmer « En avril, ne te découvre pas d’un fil », en mai, ce serait plutôt « Caresse-toi comme il te plaît ». Vous l’ignoriez peut-être mais c’est le mois de la masturbation. Et plus particulièrement, la Journée Internationale de la Masturbation est célébré le 7 mai chaque année dans le but de protéger le droit à la masturbation.

par

Sexothérapeute et Coach de vie

 
La sexualité a été un sujet tabou pendant de nombreux siècles et malheureusement, il subsiste encore des braises de ce bûcher. Le sujet de la masturbation spécifiquement manque de connaissances publiques, car c’est quelque chose que l’on fait sans témoin. On continue à considérer qu’il s’agit de quelque chose de complètement intime et qu’il n’est pas bon d’en parler. Beaucoup de gens continuent aussi à penser que c’est une pratique interdite, principalement car elle est destinée à l’exploration du plaisir individuel et non pas directement à la satisfaction en couple.
La masturbation est un acte normal et sain, qui ne provoque aucun dommage physique. Cette pratique invite à la reconnaissance de soi, renforce la musculature pelvienne et permet d’augmenter l’intensité de la libido. Face au stress, elle vous détend. Face à l’inhibition, elle aide à casser des barrières.

Vers la connaissance de soi :

La masturbation est quelque chose qui fait partie de la sexualité humaine. Les premières explorations auto-érotiques ont lieu pendant l’enfance, à un âge très précoce. Dans le processus de reconnaissance du propre corps, l’enfant explore ses parties génitales, se stimule et s’excite. Bien sûr, ce type de pratiques n’est pas conscient car l’enfant manque de conscience sexuelle. La masturbation est naturelle et c’est scientifiquement prouvé !
Le plaisir solitaire est nécessaire à la connaissance de soi. C’est en se cuisinant une variété de pâtes que nous finissons par savoir que nous préférons les carbonara ! En d’autres mots, c’est en expérimentant différentes caresses que vous allez découvrir ce qui vous stimule sexuellement. Si vous ne savez pas, comment le partenaire peut-il le savoir? Les plaisirs solitaires impliquent un apprentissage sur notre plaisir personnel et ne pourront qu’améliorer les pratiques sexuelles avec son partenaire. Un plaisir qu’il faut revendiquer ! Notre corps serait un peu notre premier et éternel amour. Le Dr. Susan M. Block, sexothérapeute, explique à ce propos : « La relation la plus longue que vous n’aurez jamais connue est celle que vous entretenez avec vous-même. Alors, pourquoi ne pas la rendre la plus agréable possible ? »

Masturbation féminine :

Le rapport Hite, véritable pionnier de ces sujets, a révélé que la masturbation est la pratique sexuelle la plus agréable pour les femmes. Selon les données de cette recherche, les femmes atteignent l’orgasme pendant la masturbation dans 95% des cas et mettent bien moins de temps à l’atteindre.
Les femmes qui pratiquent le plus la masturbation sont celles qui sont les plus épanouies sexuellement en couple. Il semble qu’il existe un effet d’entraînement quand une femme est épanouie plus qu’un besoin de compensation comme chez les hommes.
Entre nous mesdames, vous arrive-t-il parfois de rester un peu sur votre appétit après une relation sexuelle? La joie de la masturbation est, entre autres, d’être en mesure d’avoir autant d’orgasmes que le désir. Le pouvoir multi-orgasmique est illimité en solo!

Masturbation masculine :

C’est une constatation observée dans les grandes enquêtes sur la sexualité. On dit que la masturbation a une fonction de compensation chez les hommes quand ils sont célibataires. Certaines études mentionnent que les hommes éjaculent entre 20 et 50 ans, moins ils ont un risque de développer un cancer de la prostate. La masturbation réduit l’accumulation de liquide séminal dans les canaux prostatiques, et préviendrait les risques de cancer.
Quand un homme prend tout son temps lors de la pratique de la masturbation, il s’entraîne à connaître ses modalités d’excitation, et faisant monter ou descendre son excitation pour faire durer le plaisir, il peut s’entraîner à mieux contrôler son éjaculation. Cela peut se révéler très utile par la suite dans les relations sexuelles de couple. Par contre quand l’homme la pratique à la sauvette, le plus rapidement possible, Il entraîne son corps à fonctionner rapidement. Il crée des circuits qui par la suite, favoriseront l’éjaculation précoce.

Mieux connaître ses propres fantasmes :

Car on ne peut pratiquer la masturbation sans faire appel à ses fantasmes. De ce fait, cette pratique permet de mieux connaître ses propres chemins d’excitation sexuelle et de savoir les activer à volonté. Cela peut être utile dans la sexualité de couple lorsque l’excitation d’un des deux partenaires ne monte pas. Il suffit qu’il (ou elle) pense à ses fantasmes pour donner de l’énergie à la relation sexuelle.

La masturbation en couple :

La masturbation est une pratique différente de la sexualité de couple. De fait, une grande partie des personnes mariées se masturbent. Et cette pratique a un usage thérapeutique en cas de dysfonctionnement sexuel dans certains cas. On l’utilise comme un dispositif pour dépasser les blocages qui empêchent de rencontrer le plaisir dans le couple.
Pour certaines personnes elle fait partie de l’équilibre naturel de la vie sexuelle que l’on soit ou non en couple. Elle permet également d’entretenir ou relancer la machine sexuelle en maintenant nos sens en éveil par le biais de nos fantasmes renouvelés et de notre corps habitué au plaisir.
La masturbation en duo peut être très excitante, elle accentue le plaisir à deux et c’est aussi une façon de mieux connaître le ou le partenaire. Certains hommes adorent, d’autres trouvent que cela dépend de la partenaire et d’autres enfin sont plutôt réticents, estimant que la masturbation est un art qui n’atteint la virtuosité qu’en solitaire…

Ses bienfaits sur le corps :

– Une source d’évacuation du stress : C’est un moment de détente, de soi à soi, on ne peut donc pas mal faire ou penser mal faire puisqu’il s’agit de notre corps. Outre l’aspect mental, la masturbation entraîne un orgasme qui permet à notre corps de se détendre profondément.
– C’est bon pour la santé : Oui oui, la masturbation est une bonne « séance d’entraînement cardio-vasculaire ». N’en faites pas une excuse pour sécher votre footing dominical, mais pensez-y ! Les plaisirs solitaires libèrent des endorphines qui influent positivement sur notre humeur. Cela réduit la tension artérielle, combat les infections chez les femmes et le cancer de la prostate chez les hommes. Qu’est-ce qu’on attend ?
– Elle aide à réduire le stress : Lors de la masturbation, le cerveau sécrète des endorphines qui réduisent l’état de nervosité. Ces hormones sont multipliées lors de l’orgasme, ce qui entraîne un relâchement musculaire qui accentue la sensation de détente. La masturbation est donc un allié non négligeable de la «zénitude»!
– Elle favorise le sommeil : Plusieurs avouent pratiquer la masturbation avant le coucher parce que favoriser le sommeil. C’est encore une fois grâce aux endorphines qui agissent comme un somnifère naturel. Alors, vous souffrez d’un sommeil agité ou d’insomnie? Voici une belle façon de rendre l’utile à l’agréable!

Et si demain, un bon régime alimentaire et l’exercice physique n’étaient plus les seuls conseils d’hygiéno-diététiques prodigués par votre médecin ? Rassurez-vous, avant que votre médecin ne vous encourage à vous masturber régulièrement, les résultats de cette étude devront être confirmés. Néanmoins, cette pratique étant inoffensive, rien ne vous empêche de prendre dès maintenant votre santé en main…
Les personnes qui vivent librement leur sexualité sont plus saines physiquement et mentalement. Et comme le disait Woody Allen « La masturbation, c’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime. »

Avec modération :

La quête orgasmique en solitaire ou par les chemins de la galipette sont donc des sources de plaisir dont on aurait tort de se priver puisque leurs bienfaits sont nombreux et démontrés et que le plaisir appelle le plaisir… Reste à savoir doser ses échappées coquines pour ne pas tomber dans l’excès et conserver ce plaisir comme un moment de bienêtre sinon rare, au moins cher. Comme le dit le vieil adage, tout est question de raison et l’art est d’user de tout sans abuser de rien !

Quand faut-il consulter ?

La masturbation est un comportement sain lorsqu’elle est pratiquée pour le plaisir. Il est important de la différencier de la masturbation compulsive, qui est considérée comme une dépendance sexuelle réalisée par nécessité, afin de diminuer une tension. Cette addiction peut affecter la vie sociale et être source de stress et d’angoisses. Si la masturbation commence à prendre le pas sur tout le reste et que votre vie sociale et professionnelle en pâtit, il faudra alors consulter un spécialiste, le problème n’étant pas dans la masturbation en elle-même mais dans l’isolement et la cause psychologique d’un tel excès.