8 conseils pour éviter une allergie printanière

Publié le
allergie printanière

Les allergies du printemps se manifestent par des éternuements nasaux, des yeux irrités, des éruptions érythémateuses, etc. Une manifestation allergique met en épreuve la défense immunitaire de l’organisme.

par

Cette période de l’année, notamment du mois d’avril au mois de juin, la pollinisation des graminées et de l’olivier est maximale. Prêter une vigilance aux symptômes allergiques permet d’éviter que les affections allergéniques deviennent chroniques. Alors la mission est bien possible : profiter du beau temps de la saison printanière sans manifester une allergie en suivant ces 8 conseils.

1- Fuir les grains de pollens

Eviter les grains de pollens au cours de la saison du printemps n’est pas une mince affaire. En effet, les pollens
passent dans l’air que nous respirons même sans contact direct. Dans ce cas, il est conseillé de pallier à des virées dans des régions boisées et des virevoltées à la campagne.

2- Porter des lunettes de soleil à l’extérieur

Les lunettes de soleil vous permettent de se protéger à la fois du soleil et des grains de pollens circulant dans l’air.
Dans ce contexte, il est également conseillé de ne pas sortir entre 12h et 16h, surtout si votre sensibilité aux germes allergènes est accrue. Par ailleurs, le port d’un masque peut faire une barrière entre le milieu ambiant et les voies du système respiratoire.

3-Faire un nettoyage nasal

Durant la période de pollinisation maximale, il est recommandé de changer souvent d’habits et d’effectuer des lavements du nez par un sérum physiologique, deux fois par jour, soit le matin et le soir. Cela permet d’apaiser le nez et de le nettoyer des particules polluantes.

4- Aérer l’intérieur de votre maison

Pour les sujets à risques d’allergies, et là où il y a une vulnérabilité aux grains de pollens et aux acariens, il
faut bien aérer son logement surtout le matin tôt et éviter d’ouvrir les fenêtres pendant les heures ensoleillées et la nuit. Il est également conseillé d’éviter un empilement de poussières, en la retirant des sols, des surfaces et des coins.
Au moins, une fois par semaine, le ménage doit être fait en passant l’aspirateur avec filtre et des linges humide. Par ailleurs, il est important de conserver une température entre 20°C et 22°C.
Il est à souligner que les acariens se reproduisent à une température de 24°C et un indice d’humidité supérieure à 50%. C’est pour cette raison que dans une localité chaude et humide, un humidificateur permet de conserver l’air
ambiant sec et éviter un excès d’humidité.

5- Attention aux peluches, poils des animaux domestiques et coussins à plumes

Quand il y a un risque d’allergie, il est important d’éviter les peluches, les édredons, les coussins à plumes et les poils d’animaux domestiques qui renferment des allergènes.

6- Utiliser une application connectée

À l’ère des objets connectés, vous pourrez télécharger une application pour les sujets allergiques, ce qui permet de vous aider à suivre une éventuelle poussée d’une affection allergique. Ces applications peuvent être téléchargées que ce soit sur un smartphone, un androïd ou un iphone. Elles sont utiles pour accompagner les sujets à risque d’une allergie saisonnière.

7- Eviter les produits cosmétiques d’origine méconnue

Une crème hydratante ou un démaquillant d’origine méconnue peuvent être responsables d’une manifestation allergique. En effet, une allergie peut aussi être due au port de vernis ou de faux-ongles. En outre, des vaporisations de laque ou de parfum peuvent aussi être en cause d’éruptions cutanées et par conséquent une allergie au niveau de la peau

8- Le lavage fréquent des mains

Une allergie par le contact de la main avec un allergène et un geste répété entre les doigts et les yeux. C’est pour cette raison, le nettoyage régulier des mains permet d’éviter un risque de contamination allergénique.

Amira Sellami Zouari

Dr Amira Sellami Zouari, Spécialiste en pneumoallergologie

1) Comment se fait la prise en charge d’une allergie saisonnière du printemps ?

Pour les patients, on réalise une immunothérapie spécifique. En outre, il n’existe pas une immunothérapie pour tous les allergènes. Il faut savoir que sur le marché tunisien, il existe maintenant pour les allergies saisonnières des immunothérapies spécifiques au pollen 5 graminées et à l’olivier qui ont été récemment introduites dans notre pays. Sinon pour les acariens, les tests de désensibilisation existent. Le traitement par désensibilisation des patients
est recommandée pour toutes les rhinites notamment les rhinites saisonnières persistantes et celles intermittentes
modérées à sévères. En ce qui concerne les sujets asthmatiques, la désensibilisation est recommandée chez tous les asthmatiques sauf les asthmes sévères non contrôlés. Par ailleurs, il faut contrôler l’affection allergique avant d’initier une immunothérapie, parce qu’il y a le risque d’une anaphylaxie et d’une exacerbation sévère de l’allergie. La voie de l’immunothérapie spécifique consiste à une désensibilisation par des petites doses croissantes de l’allergène.

2) Comment éviter une allergie au pollen ?

Pour ceux qui ont une allergie documentée au pollen, il faut prendre régulièrement des douches parce que les pollens peuvent s’incruster partout au niveau des cheveux et des vêtements. Il faut éviter les parcs, là ou se trouve des arbres comme le cyprès, l’eucalyptus, l’olivier, etc. Cependant, malheureusement, ce sont des grains de pollens qui sont disséminés avec le vent, sur un trajet routinier, on peut être facilement exposé aux pollens. Cependant, nous sommes rarement allergiques à tous les pollens et c’est pour cette raison qu’on peut repérer les périodes à risques et penser à considérer une méthode pour s’y protéger. Il y a la prise d’une douche quotidienne, le traitement de la symptomatologie. On peut donner des antihistaminiques et évidemment préconiser l’immunothérapie spécifique. L’immunothérapie spécifique pour les allergies saisonnières n’est pas perannuelle. Généralement on débute l’immunothérapie deux à trois mois avant la saison pollinique, soit six mois par an, minimum trois ans successifs pour les personne souffrant d’une allergie saisonnière printanière.

3) Quelles sont les 5 recommandations pour les personnes atteintes d’une allergie saisonnière ?

1- Il faut consulter avant la saison pollinique si on sait qu’on est allergique.
2- Prendre un traitement de fond de couverture, soit des antihistaminiques précocement et aussi préconiser à la
suite une immunothérapie spécifique.
3- Il faut éviter les parcs et les parcours polliniques où il y a des arbres, des plantations herbacées et des forêts
4- Se laver régulièrement et en fin de journée pour se débarrasser des dépôts de pollens. Par ailleurs, éviter de
frotter les yeux et porter des lunettes pour se protéger. On peut utiliser des filtres anti-pollens pour la climatisation.
5- Il est important de consulter un spécialiste allergologue et ceci dès les premiers symptômes pour éviter des
complications et des crises d’exacerbations sévères particulièrement un choc anaphylactique.