Nos Plus

9ème journée AMC « Cancer et dignité »

Publié le
9ème journée AMC « Cancer et dignité »

La neuvième journée de l’Association des Malades du Cancer (AMC) a été tenue le samedi 5 novembre 2016 à la Cité des Sciences de Tunis. L’Association des Malades du Cancer (AMC) est un groupe d’anciens malades du cancer et leurs familles.

par Hela Kochbati

Les membres de l’association tendent la main aux patients, les accompagnent tout le long de leur chemin dans la prise en charge et la guérison. Les membres de l’association ciblent le droit du patient aux soins là où il est.

Pour cette journée, focus sur trois types de cancers : le cancer du sein, le cancer du côlon et le cancer de la prostate pour un dépistage précoce.
Cette neuvième édition a vu la présence de représentants du ministère de la Santé publique, de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), de la société civile et d’artistes.

Le débat entre les patients et les experts fut interactif, soulevant les problématiques de la prise en charge, du coût des traitements anticancéreux et des procédures administratives.

Une campagne d’appel aux dons a été lancée par l’AMC, pour l’achat d’un appareil d’écho-mammographie numérique de dépistage précoce du cancer du sein, d’une valeur de 200 millions de dinars qu’elle mettra à la disposition de l’Institut Salah Azaïez.

Interview Dr Raoudha Zarrouk Présidente de l’AMC

Dr Raoudha Zarrouk

Quelle est la spécificité de cette neuvième édition de la journée AMC ?

Pour cette neuvième journée de l’Association des Malades du Cancer, nous avons choisi le thème « Cancer et dignité », parce que pour chaque personne atteinte par un cancer, la dignité est la première des choses qui est touchée et cela même avant de passer à l’étape douloureuse de la thérapie.
Nous souhaitons que le patient, que ce soit un homme ou une femme, soit fort. En effet, quel que soit le sexe de la personne atteinte par le cancer, c’est la même chose. Tout le monde a pour but de lutter contre cette maladie et en guérir.
Pour cette neuvième journée de l’AMC, nous avons mis l’accent particulièrement sur trois types de cancer : le cancer du sein, le cancer du côlon et celui de la prostate parce que dans ces trois types de cancers, il y a une possibilité de dépistage précoce.

Quel message adressez-vous aux patients à l’issue de cette journée dédiée et à la sensibilisation sur les maladies oncologiques ?

Nous sommes tunisiens et nous sommes proches de l’Europe. Les Tunisiens sont très bien informés sur ce type de maladies. Actuellement, nous souhaiterions que l’on arrive à détecter les masses tumorales, les plus petites possibles, soit de 1 cm pour le sein. Il faut que l’on se mette au même niveau que les pays développés, en matière de dépistage et de thérapeutiques.

Interview Dr Mehdi Joudane, Gastro-entérologue

Dr Mehdi Joudane

Pourquoi conseille-t-on le dépistage précoce pour le cancer du côlon ?

C’est en n’ayant aucun signe nécessairement annonciateur d’un cancer qu’on va pouvoir dépister la présence d’un cancer colorectal ou pas.

Qui doit faire ce dépistage ?

Le dépistage du cancer du côlon est recommandé pour toutes personnes adultes et surtout à partir de 50 ans.
Quel que soit le cancer, quand il est découvert à un stade précoce, il sera guéri. Il y a des individus qui présentent plus de risques que d’autres et qui doivent être suivis plus intensément.
Par exemple, ceux qui présentent des maladies coliques chroniques comme la rectocolite hémorragique (RCH), la maladie de Crohn, les MICI…et il y a aussi des sujets qui présentent des antécédents familiaux (mère, père,
grand-mère, grand-père, soeur…) ayant eu un cancer du côlon, sans oublier, les patients qui présentent une
prédisposition génétique pour le cancer du côlon ou des pathologies héréditaires comme les polyposes.
La surveillance régulière des patients doit être faite pour les patients à partir de l’âge de 50 ans présentant des antécédents personnels ou familiaux de maladies touchant le côlon ou le rectum ou une symptomatologie évocatrice de ce cancer et se verront ainsi proposer des modalités de dépistage et de suivi.
La consultation médicale permet de voir si le patient se porte bien ou de déceler d’éventuels symptômes.
Le cancer du côlon survient rarement entre 40 et 50 ans.
Le nouveau test pour dépister le cancer du côlon s’appelle le test de l’hémoccult, c’est une analyse du sang au niveau des selles et qui se fait facilement à domicile.
Il est recommandé pour les personnes âgées de 50 ans à 74 ans, permettant la détection précoce de lésions précancéreuses ou de signes d’un cancer.

Il existe des kits associés à ce test et qui sont en train d’être distribués dans les centres de soins de base, en officines et dans les hôpitaux.
Ce kit coûte 25 dt. Il se fait tous les deux ans.

Comment se passe le dépistage d’un cancer colorectal ?

Il faut faire un petit prélèvement des selles et le faire analyser en laboratoire.
Si cette analyse est négative, le patient pourra envisager un nouveau test après deux ans.
Par contre, si le test immunologique est positif, le patient doit subir une coloscopie. Le côlon étant un tube
du système digestif, il est facile d’y diagnostiquer, par une exploration coloscopique, une anomalie.
Si tel est le résultat, on peut la traiter immédiatement et donc à temps.
Si on ne trouve rien, le patient fera tous les deux ans, un test hémoccult et une coloscopie tous les cinq ans.

Détecté tôt, ce cancer pourrait être guéri dans 9 cas sur 10. Le dépistage demeure un des meilleurs outils pour lutter contre ce cancer.

Interview Dr Imed Touhami, Gastro-entérologue Expert scientifique – Centre médico-sportif – Tunis

Dr Imed Touhami

Quelle est l’importance d’un sport régulier dans la prévention des cancers ?

L’activité sportive est très importante dans la lutte anti-cancer.
Pratiquer un sport régulier permet de bouger, d’avoir plus d’énergie, plus de bien-être et une amélioration de l’activité cérébrale grâce à la régénération des neurones ainsi que le renforcement de la tonicité des muscles.
La pratique d’une activité physique au quotidien permet de réduire les maladies chroniques notamment le cancer, c’est une pratique qui permet de réduire la surcharge pondérale qui est un facteur de risque de cancer. Pour prévenir certaines maladies chroniques, dont le cancer, il est recommandé aux adultes de pratiquer au moins l’équivalent de 30 minutes de marche rapide, de vélo ou de natation par jour, par périodes d’au moins 10 minutes, s’il n’est pas possible de le faire en une seule fois au quotidien.