intoxication alimentaire

Attention aux intoxications alimentaires !

Publié le

Nous avons tous, au moins une fois dans notre vie, eu une intoxication alimentaire en mangeant dans un fast-food, en consommant des ingrédients contaminés ou non propres ou encore parfois des denrées alimentaires, impropres à la consommation. Pendant la période des fêtes, on est plus exposés aux intoxications alimentaires c’est pour cette raison qu’il est essentiel de faire attention à ce que l’on mange.

par

Les symptômes d’une intoxication alimentaire

Les premiers symptômes d’une intoxication alimentaire surviennent dans les 8 à 24 heures après l’ingestion de l’alimentation contaminée. Les signaux sont essentiellement digestifs.
L’intoxication est liée à une ingestion soit de bactéries, soit de toxines, soit de germes pathogènes via l’alimentation ou bien la consommation de denrées alimentaires souillées. Généralement ce sont des manifestations du système digestif ; des douleurs gastriques, des douleurs abdominales, des vomissements, des diarrhées, etc. Dans certains cas, le patient peut avoir des troubles hépatiques et même certaines toxines peuvent donner des manifestations neurologiques. Cette affection peut être bénigne et passer spontanément comme elle peut avoir des conséquences graves. Ce n’est pas comme un germe d’Escherichia Coli qui peut être passager ou le cas d’une salmonelle qui peut provoquer une fièvre typhoïde.

Quelles sont les causes d’une intoxication alimentaire ?

Une intoxication alimentaire est une toxi-infection en rapport avec des aliments infestés par des germes pathogènes (bactéries, virus, champignons, parasites, etc) ou des toxines ou des métaux lourds comme le mercure et le plomb ou l’ingestion de nitrates. Les aliments les plus impliqués dans cette intoxication sont les œufs, les viandes, les poissons, les fruits de mer, les charcuteries, les produits laitiers et les gâteaux.

Comment se fait la prise en charge de l’intoxication alimentaire ?

La prise en charge de l’intoxication alimentaire se fait selon les cas. Généralement par un traitement symptomatique et simple, c’est-à-dire qu’il faut lutter contre les signes de l’intoxication alimentaire, soit traiter les vomissements avec des antiémétiques, les diarrhées avec des antidiarréhiques et prévenir une déshydratation. Il faut bien hydrater la personne à la maison, limiter les nausées, se prémunir des cas d’indigestion. On peut donner un antiseptique intestinal et un antibiotique quand il s’agit d’une bactérie qui est à l’origine de l’intoxication. Et généralement, cette intoxication est passagère. Pour les personnes fragiles comme les sujets âgés, il faut une bonne hydratation et même dans certains cas des injections du sérum physiologique par une voie intraveineuse. Il faut éviter les troubles ioniques comme la chute du potassium ou l’hypokaliémie et qui peuvent provoquer des troubles cardiovasculaires, des troubles de la conscience et un retentissement sur l’état général. Il peut y avoir une hospitalisation pour la correction des troubles ioniques et passer le cap de l’intoxication alimentaire.