Nos Plus

Tout sur la pharyngite

Publié le
Tout sur la pharyngite

La pharyngite est une inflammation au niveau de l’oropharynx. C’est une affection très fréquente qui touche la gorge et qui peut être de cause virale ou bactérienne. La pharyngite virale survient après un rhume ou un état grippal et l’affection bactérienne surgit après une infection de la gorge par un streptococcique ou un staphylocoque.

par Hela Kochbati

Comment reconnaître une pharyngite ? Comment l’éviter ? Comment traiter cette pathologie de la gorge ? Et Comment se prémunir d’une affection pharyngée ?

Les signes de la pharyngite

Les symptômes d’une pharyngite sont une rougeur au pharynx, des maux de gorge suite à une irritation, de la fièvre qui pourrait dépasser les 39°C, des difficultés à manger et une perte d’appétit. Ces signes peuvent durer de 5 à 10 jours.

Quelles en sont les causes de la pharyngite ?

L’exposition à une atmosphère polluante, à un air conditionné, à une fluctuation large de température peuvent entraîner une gorge enflammée ou suite à une allergie respiratoire. La majorité des pharyngites sont virales, soit à trois quart chez les enfants et à 90% chez les adultes. Lorsque la pharyngite est virale, elle est généralement jointe à une rhinite, c’est pour cette raison qu’on évoque dans ce cas une rhino-pharyngée.
Les virus impliqués dans la survenue d’une pharyngite sont principalement les adénovirus, les rhinovirus, les
entérovirus comme le coxsachie, le virus Epstein Barr (EBV), le virus respiratoire syncytial et le virus de la grippe. Les principaux germes bactériens à l’origine de la pharyngite sont les streptocoques (A, B, C, F et G) et les staphylocoques. D’autres germes bactériens peuvent être également à l’origine d’une pharyngite comme la Neisseria gonorhoeae et Arcanobactérium hémolyticum.

Les types de pharyngite

Il existe deux entités : la pharyngite aiguë et la pharyngite chronique.
-La pharyngite aiguë : C’est une inflammation aiguë qui survient suite à un changement de temps, un virus particulier et qui dure au maximum dix jours. Pour cette forme de pharyngite et dans le cas d’une conséquence sévère ou une surinfection, le patient doit prendre un antibiotique.
-La pharyngite chronique : Dans ce cas, il n’y a pas vraiment beaucoup de fièvre, il se produit plutôt des maux
de gorge qui durent plus que trois mois.
Cette chronicité peut être favorisée par le reflux oesophagien et qui engendre en fait cette forme de pharyngite. Il y a aussi le problème de l’allergie. Ces dernières années, on a constaté une augmentation de l’incidence de l’allergie et on en voit de plus en plus dans les consultations.
Il y a la rhino-sinusite chronique avec un écoulement nasal chronique qui fait que la pharyngite devienne chronique.
Chez les tabagiques, le tabac constitue un facteur irritant et entraîne une irritation de la gorge.

Diagnostic et prise en charge de la pharyngite

L’examen clinique se fait par un médecin généraliste ou spécialiste. La palpation du cou et la visualisation de la gorge permet de déceler une rougeur au niveau de la muqueuse pharyngée et une enflure ganglionnaire. Le diagnostic peut être associé à une radiographie et à un test de diagnostic antigénique rapide (TDR) ou un milieu de culture d’un prélèvement de la gorge.
Le traitement de la pharyngite dépend de la causalité de cette inflammation pharyngale. Lorsque la maladie est virale alors un traitement avec du paracétamol, des analgésiques et antipyrétiques sont prescrits et dans certains cas des gouttes nasales lorsqu’il y a un écoulement du nez et un antitussif quand la patient présente une toux.
Une corticothérapie peut être également associée à la prise en charge. Quand la pharyngite est d’origine bactérienne alors des antibiotiques sont préconisés.
Un traitement antiallergique est associé dans le cas d’une allergie. Les antiseptiques sont des traitements qui
ne sont pas recommandés puisqu’ils peuvent causer une perturbation de la flore pharyngée.
Dans le cas d’un abcès de la gorge, une intervention chirurgicale est envisagée pour éviter des complications graves comme lésions précancéreuses. Des remèdes alternatifs peuvent être préconisés, soit la phytothérapie en
utilisant la réglisse, la mauve, la sauge, la guimauve, le cassis ou la camomille en tisanes ou en bonbons. Quand à
l’homéopathie, certains traitements sont préconisés comme le Pyrogénium 7 CH à raison d’une dose par jour et l’Heparsulfuris calcareum 9 CH à raison de 3 à 5 granules par jour pendant une courte durée prescrite par le médecin homéopathe. En outre, le chlorure de magnésium est une solution naturelle qui est considérée comme susceptible d’atténuer les inflammations et les infections par une activation du système immunitaire. Il y a aussi les inhalations avec quelques gouttes d’une huile essentielle, d’Eucalyptus ou de lavande ou de romarin dans un bol
d’eau bouillante.

Soumaya Ben Brahim Gheddas

Dr Soumaya Ben Brahim Gheddas, Spécialiste en ORL et Chirurgie cervico-faciale

Quelle est l’étiologie des pharyngites ?

Dans la plupart des cas, soit plus 90% des atteintes de pharyngites sont virales et ne nécessitent pas une prise en charge par des antibiotiques. Cependant, nous remarquons que les gens recourent abusivement aux antibiotiques par automédication.
Plus rarement, la pharyngite peut être d’origine bactérienne, suite à une angine, une sinusite ou une rhinite et là
on évoque la rhino-pharyngite.

Il existe deux types de pharyngite comme mentionné dans l’article, la pharyngite chronique et la pharyngite aiguë.

Quels sont les facteurs de risque de la pharyngite chronique ?

Il y a les maladies respiratoires comme les bronchites, des affections digestives comme le reflux gastrique et également le terrain allergique du patient par rapport au changement du climat.
Parmi les facteurs de risque on note aussi le tabac, l’exposition prolongée à une pollution ou bien encore l’exposition des professionnels aux substances toxiques ou lors d’une manipulation de produits chimiques nocifs ou une personne qui développe une sinusite chronique. Il y a toujours des sécrétions qui descendent derrière la gorge et donc cela engendre une gorge tout le temps irritée.

Quelles sont les complications possibles chez un patient lors d’une pharyngite ?

Il y a des patients qui sont plus exposés à faire des complications plus que d’autres. Une personne qui a une rhinite allergique est beaucoup plus prédisposée à faire une sinusite. Une personne qui a une déviation de la cloison nasale par exemple, peut également développer une complication, surtout c’est la surinfection bactérienne,
quand cette partie s’infecte, il faut prescrire des antibiotiques. Il peut y avoir une angine qui peut se compliquer et là un traitement chirurgical associé à une prise d’antibiotiques en phase post-opératoire. Il y a aussi la sinusite qui nécessite aussi un traitement long cours. Il y a également des individus qui font une otite moyenne et aigue à la suite d’une pharyngite. Si la pharyngite dure plus que dix jours avec une fièvre qui persiste alors on doit chercher la source de cette complication. S’il existe une surinfection de la pharyngite, le patient
doit prendre de l’antibiotique. S’il y a une sinusite bactérienne, il faut prendre l’antibiotique et le traitement complet de la sinusite (des antibiotiques, des corticoïdes et un lavage local nasal) et pour l’otite moyenne aiguë aussi, il faut prendre le traitement nécessaire. On peut avoir également des pharyngites à répétition, des laryngites répétitives et des bronchites qui récidivent.

Quelles sont les modalités des traitements lors d’une pharyngite ?

En fait, le traitement est essentiellement symptomatique, c’est-à-dire s’il y a une petite fièvre, on prescrit du paracétamol et des antipyrétiques. Par ailleurs, il y a aussi une préconisation d’anti-inflammatoire, d’un lavage du nez et de la vitamine C. De plus, dans le cas de maux de gorge, on peut donner un antiseptique local pour le lavage du nez et peut-être parfois des antibiotiques qui peuvent être préconisés. Dans le cas d’une laryngite, il y a une voie rauque, une dyspnée, on est obligé de donner une association d’un antibiotique et de corticoïdes.