antibiotiques inutiles

La prescription d’un antibiotique sur cinq est sans utilité

Publié le

Bien que les autorités sanitaires ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur la résistance bactérienne aux antibiotiques, une étude récente publiée par « Public health England » vient affirmer que les médecins généralistes britanniques n’ont pas encore mesuré l’ampleur du phénomène.

par

20% des prescriptions d’antibiotiques seraient inutiles

Sur un nombre de 32,5 millions de prescriptions annuelles « au moins » 20% des cas, soit 6,3 millions de préconisation d’antibiotiques seraient inutiles, a conclu un groupe de spécialistes anglais.

Dans ces conditions, à titre d’exemple, bien qu’uniquement 10% des patients souffrant d’une toux aiguë auraient réellement besoin d’antibiotiques pour lutter contre la surinfection, 41% d’entre eux se voient prescrire ce type de médicament. Mêmes prescriptions inappropriées chez les patients qui souffrent d’angine. Seuls 13% d’entre eux ont besoin d’antibiotiques pour soigner une angine bactérienne alors que 59% des individus dont la plupart sont affectés d’une angine virale ressortent de la pharmacie avec des antibiotiques pour se soigner.
Autre exemple pour la prise en charge de la sinusite, l’écart est encore plus grand. En effet, dans le cadre du traitement de cette maladie, seuls 11% des patients souffrant d’inflammation des sinus auraient besoin d’antibiotiques, or ils sont prescrits à plus de 8 patients sur 10, soit 88% des cas.
« Si les généralistes prescrivent des antibiotiques, c’est parce que, selon leur opinion d’expert, c’est le traitement le plus approprié disponible » souligne le Pr Helen Stokes-Lampard, présidente du Collège royal des médecins généralistes, dans un entretien au Guardian.