prevention du cancer du sein

Prévenir le cancer du sein en 6 étapes

Publié le

Pathologie maligne la plus fréquente chez la femme dans le monde, le cancer du sein fait partie des cancers guérissables si découvert à un stade précoce. Cependant, entre la phobie et l’ignorance, les femmes en Tunisie sont encore diagnostiquées à des stades avancés.

par
prevention cancer du sein en Tunisie

1. Avoir un minimum de connaissance sur le cancer du sein

Une femme sur huit est touchée par le cancer du sein. Dans les deux tiers des cas on est à un âge supérieur à 50 ans. Cette maladie est plus rare chez les femmes de moins de 35 ans et reste exceptionnelle chez celles qui ont moins de 20 ans. Environ 1% des hommes sont concernés par cette pathologie.
Il existe différents types de cancer du sein qui n’évoluent pas de la même manière. Certains sont « agressifs » et évoluent très rapidement, d’autres plus lentement. A un stade précoce, les manifestations se résument en une adénopathie ou une anomalie à la palpation.
 
autopalpation du sein
 
Si le cancer est diagnostiqué tardivement, la tumeur peut se propager et déclencher d’autres symptômes qui seraient en rapport avec l’organe touché. On peut avoir des nausées, des vomissements, une perte de poids, des douleurs osseuses, des céphalées, un essoufflement, une toux…
La chirurgie reste le premier traitement. Quand encore petite, seule la tumeur est enlevée et non le sein entier. Une radiothérapie est associée dans ce cas. A des stades plus évolués, la mastectomie s’impose et s’y associe selon les cas à une radiothérapie, une chimiothérapie ou une hormonothérapie.

2. Connaitre les facteurs de risques

Le risque d’avoir un cancer du sein augmente avec l’âge. Un facteur génétique peut intervenir. Deux gènes anormaux, BRCA1 et BRCA2, prédisposent au cancer du sein. Les antécédents familiaux (mère, sœur et tante maternelle) et personnels de cancers hormono-dépendants (sein, ovaire et/ou endomètre) et les mastopathies bénignes sont des facteurs de risque majeurs.
En plus, le risque est plus élevé chez les femmes ayant eu des règles précoces (avant 12 ans) ou une ménopause tardive (après 55 ans). Les femmes sans enfant ou ayant eu un premier enfant après 40 ans semblent de même plus exposées au développement d’un cancer du sein. En revanche, les grossesses multiples et l’allaitement prolongé pourraient diminuer le risque de développer un cancer du sein.
Les irradiations, la consommation d’alcool régulière, c’est-à-dire le fait de boire deux ou trois verres de vin par semaine, l’excès de sucres et de graisses d’origine animale, l’obésité ou encore pas ou peu d’activité physique peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein.

3. Instaurer une hygiène de vie saine

Une alimentation équilibrée est souhaitée. Modérez la consommation de graisses animales, privilégiez la consommation de fruits et légumes, évitez de consommer trop d’alcool.
Aussi la lutte contre la sédentarité est nécessaire. Pratiquez une activité physique régulière et perdez du poids si vous êtes en surpoids.
Respectez les règles de radioprotection si votre travail est à risque avéré. Enfin, optez pour avoir des enfants avant la trentaine.

4. Autopalpation des seins

Il est recommandé de faire cet auto-examen, à partir de 20 ans, tous les mois au cours de la première moitié du cycle menstruel les seins sont plus souple pendant cette période histoire d’hormones.
Face à un miroir, examinez soigneusement l’aspect de vos seins à la recherche d’asymétrie des deux seins, de rougeur ou d’autre modification de la peau, d’anomalie du mamelon ou de plis anormaux. La découverte d’un écoulement du mamelon avec ou sans pincement doit inquiéter d’autant plus qu’il est unilatéral.
 
palpation du sein
 
Par la suite soulevez le bras du côté à examiner, et par la main de l’autre côté à plat commencer une palpation douce circulaire ou quadrant par quadrant pour examiner tout le sain sans oublier le creux axillaire à la recherche d’adénopathies. Un nodule, une grosseur au sein, une induration ou toute autre modification détecter doit alerter. La douleur n’est pas significative au contraire il faut savoir qu’elle manque souvent en matière de cancer de sein.

5. Dépister régulièrement

Les femmes sont particulièrement exposées au cancer du sein entre 50 et 74 ans. C’est pourquoi, pendant cette période de vie, elles devraient bénéficier, tous les 2 ans de mammographies de dépistage.
La mammographie est un examen indolore et rapide, durant environ 15 minutes. Elle permet de détecter une anomalie et d’établir un diagnostic précis. Même une tumeur débutante de petite taille, invisible et non palpable, est détectable afin de mettre en place rapidement un traitement permettant d’optimiser les chances de guérison.
L’échographie peut être conseillé après une mammographie afin d’analyser une lésion détectée ou quand il s’agit de femme jeune en raison du tissu mammaire dense rendant la mammographie plus difficile à interpréter.
 
types de cancers du sein

6. Savoir quand consulter ?

A la constatation d’une anomalie même toute petite à l’autopalpation vous devez consulter votre gynécologue. Si votre mammographie est suspecte vous y serez systématiquement adressée.
C’est le prélèvement au niveau de l’anomalie par micro ou macro biopsies à travers la peau avec un examen anatomopathologique des tissus prélevés qui établit le diagnostic de cancer du sein.