bebe attention aux changes toxiques

Protéger bébé des changes toxiques

Publié le

Depuis 2016 pas grand chose a changé dans les couches et produits d’hygiène pour bébé constate une enquête du magazine 60 millions de consommateurs. Si les résultats sont globalement positifs, les enquêteurs s’inquiètent de la présence de traces de glyphosate, d’irritants et de substances allergisantes dans certains de ces produits, parfois même de grandes marques.

Du Roundup dans de grandes marques de couches pour bébé

L’enquête a passé au crible couches, laits, gels nettoyants, crèmes hydratantes et autres liniments.
Si les produits d’hygiène sont en majorité correct avec une composition sûre, la présence de composants allergisant ou irritants ainsi que de phénoxyéthanol est signalée.
De plus la présence du résidu du glyphosate (principe actif du Roundup) est remarqué dans des couches de grandes marques, ce qui inquiète les enquêteurs.

Minimiser les risques pour bébé

Le magazine 60 millions de consommateurs conseille de réduire le risque pour bébé en réduisant le nombre de produits utilisés pour sa toilette.
C’était déjà le conseil de l’ONG Women in Europe for a Common Future (WECF) en 2016, qui rappelait aux parents de « limiter l’usage de ces produits cosmétiques et d’éviter le plus possible ceux qui sont parfumés ».
 
changer la couche de bebe
 
Oubliez donc les parfums et lors du change, couches et liniment ou un lait nettoyant devraient être suffisant.
 
De plus il est conseillé de choisir les produits avec le moins de composants possible en évitant ceux contenant :
– du phénoxyéthanol, conservateur potentiellement toxique ;
– du sodium lauryl sulfate/ammonium lauryl sulfate, tensio-actifs très irritants ;
– du l’alcool, conservateur ou solvant irritant.
– du butylparaben, conservateur soupçonné d’être un perturbateur endocrinien ;
– du propylparaben, conservateur soupçonné d’être un perturbateur endocrinien ;
– du methylisothiazolinone et autres molécules se terminant par –thiazolinone, conservateur très allergisant.

 
 

Source : ANSM, 16 février 2016 – WECF, 15 février 2016 – 60 millions de consommateurs août 2018