desordre et creativite

Psychologie du désordre et de la créativité : les bordéliques sont-ils plus intelligents ?

Publié le

La recherche a montré comment un bureau désordonné et un travail créatif vont de pair.Curieux non ?

Cela serait rassurant si on vous dit qu’Albert Einstein était célèbre par son génie mais surtout par le désordre dans lequel il travaillait. En effet, interrogé sur son bureau en désordre, Einstein disait: « Si un bureau encombré est signe d’un esprit encombré, alors que devons-nous penser d’un bureau vide? »
 
Étant donné que l’un des plus grands esprits du monde a approuvé le fouillis comme un signe de grandeur, est-ce que la science fait elle de même? Cela a poussé les chercheurs à s’attarder sur la question…
 
Une série d’études suggère que les génies créatifs favorisent un espace de travail chaotique. Sommes-nous en train de démolir les théories qui expliquent pourquoi la vie conventionnelle est meilleure ? Et que celle désorganisée pourrait bien être planifiée, car dans le cas contraire, elle est un échec avéré.
 
 
Voici ce que la science prouve :
 

1. Le mythe de vie ordonnée donc parfaite

Une approche exigeante et rigoureuse de la propreté est souvent considérée comme l’approche souhaitée et bien vu dans la société. Adopter une approche désordonnée de la vie n’est pas une question d’organisation négative ; c’est de l’empathie et de l’ouverture d’esprit.
 
Dans un monde où «la propreté et l’ordre sont proches de la piété » tel un idiome commun, être ordonné est parfois assimilé à être moral, tandis que le désordre est synonyme de paresse.
« Contrairement à la croyance populaire, le désordre n’est pas nécessairement un signe de désorganisation mentale », explique le chercheur américain Friedman.
 

Au-delà du sens moral, il a été confirmé que les personnes les plus créatives vivent dans le chaos.
 
Rejetant la prémisse selon laquelle un espace de travail chaotique est le simple résultat d’une opposition à l’ordre et au ménage.

2. Le chaos comme carburant

Une étude menée en 2013 par Kathleen Vohs à la Carlson School of Management de l’Université du Minnesota a révélé que les espaces désordonnés accélèrent la créativité et l’innovation. En revanche, garder l’ambiance propre et bien rangée, bien carré semblait «encourager le conformisme et le statique dans une recherche claire d’une zone de confort et donc de sécurité ».
 

Mark Twain, Albert Einstein ou encore Steve Jobs sont autant de personnalités ayant toutes prospérées dans des espaces de travail créatifs jonchés de notes éparpillées, de piles de fouillis et de repères d’inspiration vraiment aléatoires.
Les bureaux frénétiques et dispersés des écrivains et des artistes pourraient s’avérer une manifestation physique de la volonté de défier les conventions et de se défaire des schémas.

3. Une contestation du statu quo

«Dès notre plus jeune âge, on nous apprend à nous sentir mal dans notre peau parce que nous sommes désordonnés, que les gens désorganisés ou négligés sont souvent calomniés par la société selon elitedaily.
 
Cependant, il faut du courage pour embrasser le désordre, car il faut souvent aller à l’encontre des constructions sociales. En d’autres termes, les gens en désordre ne sont pas enveloppés dans le statu quo. Ils sont déjà en train de contrecarrer la tradition.
Cette opposition élargit le prisme de vue en enfantant des idées nouvelles.

4. Rester concentré sur un objectif

Le point focal est une autre théorie expliquant pourquoi les créatifs se développent dans un environnement chaotique qui pourrait résider dans une capacité innée à éliminer les distractions. En d’autres termes, l’encombrement ne perturbe pas leur flux de travail parce que leurs cerveaux le filtrent systématiquement. Sur votre bureau désordonné, vous allez sûrement vous retrouver en train d’empiler devant vous les papiers urgents et sur lesquels vous travaillez dans l’immédiat. Pour le reste, ils seront jetés au fin fond d’un placard ou en dessous des piles énormes. C’est bien la une priorisation.

5. Une vue d’ensemble

Le physicien Adam Frank déclare que le désordre est la loi naturelle de l’univers. Ne s’attardant pas sur les détails, certains esprits sont un exemple de pragmatisme allant droit dans le but dans s’attarder sur les détails. Dans leur résolution de problèmes, ils gardent leur œil sur une photo d’ensemble de la situation et ne se perdent pas à chercher ailleurs.