alimentation bio, la qualite avant tout

Qualité nutritionnelle des produits alimentaires animales et végétales BIO

Publié le

Qu’elle est la différence entre produit alimentaire BIO et produit conventionnel en termes de qualité nutritionnelle ? Plus riche en nutriments et oligo-éléments ou le contraire ?
Qu’est ce qui va nous pousser à acheter nos besoins alimentaires plus chers en Bio ?

par

Teneur en matière sèche :

Les fruits et légumes ont été les plus étudiés. A partir d’une quarantaine d’études, on a observé une tendance à des teneurs en matière sèche supérieure en AB dans les légumes feuilles, racines et tubercules.

Minéraux et oligo-éléments :

Il peut être conclu, sur la base d’un nombre important de travaux validés mais hétérogènes, que les teneurs en minéraux et oligo-éléments à intérêt nutritionnel des légumes et des fruits sont globalement comparables selon le mode de production, AB ou conventionnel.
Cependant, des tendances favorables sont observées pour le magnésium et le fer dans certains légumes biologiques.

Vitamines :

Les données sur les variations des teneurs en vitamines selon le mode d’agriculture restent très limitées. Elles ne concernent que quelques vitamines (vitamines C, B1, B2, A, E, béta-carotène), et quasi-exclusivement la vitamine C pour les vitamines hydrosolubles.
Il est donc aujourd’hui difficile de conclure de façon générale sur l’effet du mode de production sur les teneurs en vitamines des aliments.
Quelques tendances en faveur des productions biologiques sont toutefois obtenues pour la vitamine C dans la pomme de terre.

Micro-constituants :

Il s’agit essentiellement des métabolites secondaires des végétaux regroupant les phénols, polyphénols, tannins, anthocyanes ou resvératrol, connus comme antioxydants. D’après l’ensemble des résultats d’une dizaine d’études, les teneurs en composés phénoliques (antioxydants) apparaissent plus élevées dans les produits issus de l’AB que dans ceux de l’agriculture conventionnelle.

Teneurs en glucides :

Elles ont été peu étudiées et l’on sait que les teneurs en protéines des céréales (surtout blé) en AB sont très fréquemment inférieures à celles obtenues en agriculture conventionnelle à cause des variétés choisies et d’apports en azote plus limitant.

Lipides :

10 à 60% supérieure par rapport aux produits alimentaires conventionnels.
Les modes d’alimentation des animaux différents en production biologique peuvent avoir un impact sur la valeur nutritive du lait et de la viande. Plusieurs études montrent que, dans le lait et la viande bovine biologiques, les acides gras essentiels ont une composition plus favorable à la santé. Ainsi, la proportion d’acides gras oméga 3 et d’acide linoléique conjugué (ALC) a tendance à être plus élevée dans le lait bio. Or un équilibre optimal dans les apports d’acides gras essentiels contribue notamment à prévenir les maladies cardio-vasculaires et le cancer.

Protéines :

10 à 20 % inférieure mais plus équilibrée.
En bio, la fertilisation azotée étant exclusivement organique, les céréales biologiques ont tendance à avoir une teneur en protéines inférieure à celle des conventionnelles (entre 10 et 20%). Par contre, la proportion entre les acides aminés essentiels est plus équilibrée.

Minéraux :

Pour quelques espèces de légumes, les résultats disponibles montrent une légère tendance à des teneurs plus élevées en magnésium et en fer dans les produits biologiques.

Teneurs en nitrates des légumes

Les nitrates (NO3-) posent des problèmes en matière de sécurité alimentaire à cause de leur transformation possible en nitrites très réactifs (méthémoglobinémie; nitrosamines, Cancérigènes) conduisant à des normes de concentration maximale dans l’eau de boisson (OMS).
Globalement, les légumes contribuent à 80 % de l’apport de nitrates par l’alimentation.