ramadan astuce pour un jeune healthy

Ramadan : 5 astuces simples pour un jeûne ZEN et sans FAIM

Publié le

Pendant le jeûne dans ces températures ambiantes, on se sent irrité à cause du chamboulement du rythme et de l’abstinence. La nausée nous attrape, des coups de mou, des maux de tête et du ventre, essoufflements, vertige, sensation d’évanouissement, douleurs à l’estomac, et la clarté de l’esprit s’estompe petit à petit…En plus l’organisme passe de la pénurie à l’excès, de l’abstinence à la consommation ce qui provoque une sensation de malaise. Mais bien que ce soit une période de dérégulation pour le corps, on peut bien ni manger ni boire dans la journée, sans dépérir ! Le secret se cache dans l’équilibre de l’alimentation et du corps pendant et après le diner.

par

1. Manger sain et non pas abondamment

Avant le diner, les envies font surfaces, et tous les plats deviennent subitement appétissants à nos yeux : envie d’une « bouza » aux fruits secs, d’une « brika » bien farcie, d’un dessert succulent d’une telle pâtisserie… Mais dès que le muezzin appelle à la prière avec le coucher de soleil, et après avoir bu un verre d’eau, goûté aux quelques dattes, et mangé sa soupe, notre gourmandise s’apaise. Ceci montre qu’atténuer l’assainissement repose sur peu de choses, et que la consommation abondante n’est pas la solution pour se rassasier…
Manger sain vous permettra de vous sentir mieux pendant la journée. Le secret d’un repas sain est de composer des plats contenant les nutriments fondamentaux pour l’organisme : protéines (viande, poissons, fruits secs, céréales…), vitamines et minéraux, (fruits, légumes verts, agrumes, plantes vertes sautées ou cuites à la vapeur…), acides gras essentiels (huile d’olive, œufs, légumes verts foncés…).
Oubliez les briks fris tous les jours, et privilégiez leur cuisson au four.
Diminuez la consommation des aliments gras : fromages gras, la viande et les produits laitiers dans l’ensemble.
Remplacez les matières grasses animales par des sources végétales qui contiennent jusqu’à 70% de lipides et 0% de cholestérol comme l’huile végétale, de tournesol, l’huile d’olive vierge, huile de soja, de colza, et de noix…Privilégiez les poissons gras, riches en oméga 3 (sardine, rouget, thon et évitez le saumon riche en mercure).
Ne pas oublier aussi, d’intégrer les graines ( de lin, de courge, chia, quinoa, mijo…)pendant le mois saint. Ces dernières ont peu de gout (chia, quinoa) mais contiennent des vertus énormissimes pour la santé
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre article sur les bienfaits des graines ici

2. Privilégier les aliments qui maintiennent l’équilibre du taux de glycémie (la concentration de glucose dans le sang)

En effet, la nature du glucose influence la régulation de la faim. Le bon sucre se cache dans les produits naturels : les fruits et les légumes qui n’induisent pas une montée brutale de la glycémie, et qui diminuent d’une façon durable la sensation de faim. Les gâteaux au contraire contiennent des sucres rapides qui provoquent une augmentation rapide du glucose dans le sang, suivi d’une chute subite pendant le jour à cause de leur métabolisme rapide également.

3. Une bonne hydratation

L’eau représente 70% du poids corporel, et le manque de 2% d’eau dans le corps envoie le premier signal de soif, et diminue 20% de nos capacités physiques. La déshydratation contribue à la hausse de la tension artérielle, stimule la migraine, les vertiges, les douleurs musculaires et les crampes.
Il faut savoir aussi que l’eau permet le bon fonctionnement cellulaire, optimise la concentration, le métabolisme, les performances intellectuelles et physiques, la digestion et permet l’élimination des toxines. La déshydratation déséquilibre tous ces facteurs ce qui mène à l’irritation.
Il faut donc boire de 5 à 8 verres d’eau après le diner et pendant le « shour ».
Evitez les thés et infusions, avec de la camomille, de la menthe, cannelle et citron car ils favorisent l’élimination excessive de l’eau ce qui vous mènera à la déshydratation. Par contre ces boissons diminuent l’anxiété.
La solution pour éviter la sensation de soif est de s’hydrater avec de l’eau minérale ou pétillante, bannir les boissons gazeuses et sucrées, et celles qui contiennent de la caféine, et le produits énergisants, car ceci ne fera que vous irritez encore plus et appuyer votre déshydratation.

4. Ne pas rater le shour

Se réveiller à 4h du matin pour s’hydrater et manger un petit-coupe faim est nécessaire pour 2 raisons : d’abord il faut espacer les repas et ne jamais manger juste avant d’aller se coucher, car le jeûne nocturne est nécessaire pour laisser son estomac reposer des tâches digestives. Ensuite, manger tard la nuit ne fera que vous produire des kilos en plus à cause du ralentissement du métabolisme.
Le shour se présente comme la solution idéale pour gagner une bonne nuit de sommeil, légère et confortable. Au lieu de s’adonner à des junk food alourdissant avant de sauter au lit, dormez tôt et réveillez vous à l’aube pour apporter à votre corps tout ce dont il a besoin pour la journée. Mais, à condition que vous optiez pour un petit repas peu calorique, rappelant un petit déjeuner naturel et sain.
Le terroir tunisien regorge de recettes healthy et pleines de richesse pour l’organisme : « masfouf aux fruits secs et fruits », « Bsissa », crème de sorgho… Evitez les viennoiseries, gâteaux, les plats gras, les fritures, et le pain. Optez pour des céréales, des flocons d’avoine, yogourt, œufs…Accompagnez les avec un fruit consistant, comme les bananes, pommes, tomates, mangues, avocats, pêches… Et surtout hydratez vous avant de vous recoucher !

5. Pratiquer une activité physique

L’activité physique est quasi nécessaire pendant le mois saint. Il est vrai que pendant le jeûne on se sent affaibli, fatigué et on perd de l’énergie. Une marche de 30 min remplacera votre inactivité pendant la journée. Après le diner, bouger son corps améliore la digestion et la circulation sanguine, contribue à votre bien-être en évacuant le stress de la journée grâce à la respiration et la distraction qu’offre une simple activité physique.