realite sur les cancers

La réalité sur les cancers : vérités et limites de prévention

Publié le

Qui de nous n’a pas été foudroyé par l’annonce d’apparition d’un cancer chez un de ses proches ou amis ? On a tous en nous la curiosité de connaitre cette maladie grave aux phénomènes complexes, ça nous dépasse dans la plupart des cas.

par

En effet dans certains cas de cancers, les causes et les traitements adéquats restent une énigme même pour les chercheurs !! D’ailleurs, selon la façon dont on classe le cancer, on pourrait dire qu’il en existe plus de 200 types.

Essayons de comprendre le cancer !

Notre corps compte des milliers de milliards de cellules regroupées en tissus et en organes dont les muscles, les os, les poumons et le foie. Et tous les types de cancer prennent malheureusement naissance dans nos cellules.
Par ailleurs, chaque cellule contient des gènes qui lui transmettent quand se développer, travailler, se diviser et mourir.
Dans le cas normal, nos cellules suivent ces étapes et nous pourrons être en bonne santé. Mais si ces instructions deviennent confuses sous l’effet de différents facteurs, ceci incite ainsi nos cellules à se développer et à se diviser d’une manière anarchiques et désordonnée ou à ne pas mourir comme prévue.
Ce développement et cette division de cellules anormales peuvent finir par former une masse dans le corps appelée « tumeur ».

Qu’est-ce qu’une cellule cancéreuse ?

La modification de la structure d’un gène appelée « mutation » entraine une agression ou un dommage d’une cellule qui devient totalement indisciplinée. Cette altération de la cellule constitue la base de tous les cancers.
Par conséquent, la cellule n’arrête plus de se multiplier, et reste en vie dans un organe où habituellement les cellules meurent et se renouvellent rapidement. Ceci va aboutir à la formation de la tumeur qui arrivera à détruire les cellules normales avoisinantes en fur et à mesure de son développement.

D’une cellule cancéreuse à un cancer

Suite à la multiplication vertigineuse d’une cellule cancéreuse, un regroupement de cellules se forment. Leur noyau est plus gros vu leur intense activité et parfois leur taille est plus grande, voire énorme.
Les premiers regroupements de cellules sont parfois détruits par le système immunitaire et restent sans danger.
« Il faut un regroupement d’environ 100.000 cellules pour que l’on commence à parler de tumeur ».
Une tumeur devient maligne voire dangereuse lorsqu’elle commence à former des extensions vers des zones voisines. Cette infiltration détruit les cellules normales, et met ainsi en danger le fonctionnement de l’organe.

…Une métastase ?

Si la cellule cancéreuse se « détache » de la tumeur, migre dans une autre partie du corps à travers le sang ou la lymphe et s’installe dans un autre endroit ou un autre organe pour créer une nouvelle tumeur, il s’agit là d’une métastase (tumeurs créées dans un endroit différent).

Symptômes d’un cancer

• Apparition d’une petite « boule » anormale qui grossit progressivement
• Ganglion anormalement gros
• Modification progressive de la voix
• Troubles du transit
• Perte inexpliquée de poids

Les limites de la prévention

Malheureusement même un mode de vie saint et conforme à tous les conseils et recommandations de santé ne constitue pas une « assurance tous risques » contre les cancers.
En effet tous les facteurs qui jouent un rôle dans la naissance de cancers ne sont pas encore maitrisés avec certaines causes non identifiées jusqu’à ce jour par les chercheurs.

Préventions de base :

• Arrêter de fumer
• Pas de boissons alcoolisées
• Adopter une alimentation saine
• Pratiquer une activité physique régulière
• Se protéger du soleil
• S’éloigner des UV artificiels
• Fuir les substances cancérigènes comme dans les aliments emballés ou les produits cosmétiques.
• Se méfier des traitements hormonaux
• Se faire dépister :
– Une mammographie à faire tous les deux ans entre 50 et 74 ans.
– Un test à pratiquer chez soi à partir de 50 ans pour le dépistage du cancer colorectal.
– Un frottis effectué par un gynécologue dès l’âge de 25 ans pour vérifier le col de l’utérus.
– Un rendez-vous annuel chez le dermatologue pour prévenir les mélanomes.