pilules contraceptives

Rupture de stock des contraceptifs en Tunisie : la PCT répond

Publié le

Le ministre de la santé Mr Imed Hammami vient de démentir la rumeur sur la rupture de stock des contraceptifs et des autres médicaments.

Sachant que selon l’Association Tunisienne des Pharmaciens Libre : « La pharmacie centrale ne paye pas les laboratoires depuis des mois et que certains laboratoires menacent de quitter la Tunisie. La CNAM ne paye pas les hôpitaux qui eux ne payent pas leurs fournisseurs qui eux ne veulent plus les fournir vu qu’ils ont des dépenses qui augmentent grâce à l’état… ».
La PCT s’est retrouvée face aux craintes des professionnels de la santé et l’opinion publique a exprimé ses inquiétudes également sur les réseaux sociaux.
En effet, les professionnels de la santé ont tiré la sonnette d’alarme notamment les gynécologues et les pharmaciens, qui se sont montrés obnubilés par la question de la pénurie des pilules contraceptives.
En réponse à ces évènements, la PCT (Pharmacie Centrale de Tunisie) a déclaré aujourd’hui 4 avril 2018 que : « Le dépôt de réserves des officines a le plaisir de vous annoncer que les produits suivants sont disponibles en stock », mais en quantité limitée, en se référants aux médicaments suivants : Microgynon (subventionné par l’état), et Jasmin (Yasmin) non subventionné par l’état mais utilisé en Tunisie.
Il faut souligner que ces pilules ne sont pas seulement utilisées pour la contraception mais aussi pour des soins gynécologiques. Ces pilules sont un besoin vital pour des milliers de couples qui souhaitent planifier les naissances dans leurs familles.