Contre le relachement cutané tout est permis

Publié le

Avec l’âge, il y a des modifications qui s’installent dans notre corps, doucement mais sûrement. Si bien que, très vite, cette silhouette autrefois élancée et ferme s’est aujourd’hui transformée en celle d’une mamie !
Quelle fatalité…non pas forcément ! Pas si on identifie notre ennemi.

par

C’est quoi le relâchement cutané ?

Il s’agit de la perte d’élasticité de la peau du fait de plusieurs facteurs, l’âge en est un certes, mais l’exposition au soleil, une perte brutale de poids y ont aussi un rôle à jouer.
Le relâchement cutané est facilement reconnaissable : la peau est flasque, comme étirée sous l’effet de la gravité…

D’où vient le relâchement cutané ?

Sous l’effet du temps qui passe et du mode de vie, notre peau se relâche.
Plus précisément, ce qui s’y passe c’est que les fibres de collagène et les fibres élastiques sont altérées et se retrouvent raréfiées. Si pour les premières ce n’est pas irréversible, pour le cas des secondes c’est une tout autre histoire.
En effet, le corps ne fabriquerait plus d’élastine après 40 ans. Les années qui s’en suivent voient le stock d’élastine diminuer progressivement et, ce faisant, la peau s’affine et perd peu à peu de sa souplesse et de son
élasticité.

Les armes du relâchement cutané

Pour agir ainsi sur notre peau, le relâchement agit sur plusieurs fronts à la fois, on a parlé plus haut des rayonnement solaires (plus particulièrement les ultra-violets), mais il y a aussi la glycation et les radicaux libres.
*La glycation
C’est une réaction qui prend place lorsqu’un sucre rencontre une protéine. Vous voyez la viande et les gratins de fromage qui brunissent lors de fortes cuissons (au-dessus de 120°C) ? Cet effet de caramélisation des protéines se fait en contact des glucides, c’est la glycation et c’est toxique pour notre corps et notre santé ! Et la même chose se produit dans notre corps, avec d’autant plus de force, si on y retrouve des taux de sucres importants.
*Les radicaux libres
On appelle radicaux libres des molécules qui ont un électron en plus, les rendant ainsi assez instables et réactives. Les radicaux libres sont le produit d’une réaction qui implique de l’oxygène (lors de la respiration, de la digestion ou lorsque l’on fournit un effort physique). On parle ici d’oxydation, comme le cas de la rouille, mais au niveau de notre organisme !
Comme pour le cas précédent, il s’agit d’un phénomène tout ce qu’il y a de plus naturel et normal qui se produit dans notre corps. Et comme dans le cas précédent, le problème se pose lorsqu’il y a excès et donc « stress oxydant ». C’est là que les radicaux libres vont nuire à notre santé, et provoquer une altération de la paroi de nos cellules. Avec l’âge, notre corps s’oxyde, se « rouille » de plus en plus.

C’est quoi la différence avec les rides ?

Vous l’aurez compris, une ride et un relâchement ce n’est pas exactement la même chose, disons plutôt que ce sont deux compagnons de route ; l’un n’arrive généralement pas sans l’autre. Les deux agissant sur notre peau, le relâchement est une distension alors que la ride est une cassure.
Tous deux pourtant apparaissent de la diminution des mêmes protéines : le collagène et l’élastine

Peut-on en réchapper ?

Eviter totalement l’apparition du relâchement cutané semble quasi impossible. Ce serait comme dire « peut-on empêcher le temps de passer ? ». Mais en retarder les effets, les diminuer, là oui, c’est tout à fait possible ! Et la réponse tient dans ce qu’on met dans notre assiette, ou pas !
En effet, si on arrive à agir autant sur la glycation que sur l’oxydation dans notre corps, de sorte d’en ramener les taux au niveau le plus bas, on parviendra à retarder leur impact sur nos cellules et notre peau. Celle-ci ne se relâchera pas si tôt !

-On essaye d’avoir une alimentation riche en antioxydants, notons qu’une cuisson trop forte et une conservation trop longue des aliments réduisent de beaucoup le nombre d’antioxydants qu’ils contiennent.
-On privilégie, si possible, des modes de cuissons plus doux comme à la vapeur ou à l’eau, puisque les aliments grillés peuvent multiplier jusqu’à 10 fois la quantité de produits de la glycation par rapport à eux.
Mais si vous succombez quand même, évitez la peau dorée des volailles ou du poisson (qu’ils soient frits, panés ou même grillés), la croûte du pain, les biscottes et tous les aliments à index glycémique élevé (pâtisseries, céréales raffinées, confitures, pommes de terre).
-On évite le surmenage (physique et intellectuel), l’excès de médication et le stress qui jouent un rôle dans l’oxydation.
-Vos alliés dans la lutte contre la glycation et les radicaux libres seront le citron, les tomates, le bicarbonate et la levure boulangère (en remplacement de la levure chimique).
Ces derniers agiraient négativement sur la formation de glycotoxines.
Il est aussi à noter que les antioxydants neutralisent les radicaux libres. De ce fait, même si nous ne pouvons pas empêcher les radicaux libres de se former dans notre organisme, tant qu’il y a suffisamment d’antioxydants, leur effet peut être contré. C’est un équilibre fragile qu’il est possible de maintenir.

Les techniques pour lutter contre le relâchement cutané

Il y a plusieurs techniques qui ont été testées et approuvées et ce depuis bien longtemps. Nous ne nous attarderons
pas dessus dans notre propos ici, mais sachez qu’il y en des plus ou moins médicalisées, des plus simples aux plus contraignantes. Toutes sont à prix et taux de réussite très variable (ces deux éléments n’ayant pas forcément de rapport). Elles vont du botox aux peelings chimiques, en passant par les fils tenseurs. Bref, il y en pour tous les goûts !

Contre le relâchement cutané : le tonique maison

Le tonique, comme son nom l’indique, donnera un coup de fouet à votre peau, ce qui lui redonnera du pep’s et des couleurs. Il contribue, par son effet, à ce que votre peau demeure ferme et reprenne des couleurs par son action sur la relance d’une bonne circulation sanguine.

Comment s’y prendre ?

Eh bien, après voir bien nettoyé votre peau (pour que le tonique pénètre bien), appliquez sur votre peau un mélange de concombre, de citron et de glace et laissez agir quelques minutes.
Vous constaterez une différence immédiatement après avoir rincé !

Contre le relâchement cutané : le froid

Attention : frileuses s’abstenir !
En effet, cette option ne concerne que les plus courageuses d’entre nous puisqu’il s’agit de se confronter au froid ! Ce dernier, en contact avec le corps produit comme un choc, obligeant l’organisme à réagir pour se défendre et se réchauffer. Un bouillonnement prend place alors, boostant la circulation sanguine d’un côté et poussant les cellules à se resserrer pour éviter la déperdition d’énergie de l’autre.
Bref, alors que notre corps se croit en danger et lutte pour sa survie, il est en fait en train de nous recréer une peau toute jeune !

Contre le relâchement cutané : la bave d’escargot

Nous avons réservé cette solution pour les plus aventureuses de nos lectrices ! Et je vous l’assure, ce n’est pas une plaisanterie, c’est même une technique déjà utilisée et éprouvée de par le monde depuis un moment déjà ! Il semblerait que l’escargot possède des propriétés de régénération extraordinaires, si bien que si sa coquille venait à se briser, il puisse totalement la restaurer en quelques jours. D’ailleurs, l’utilisation de la bave (ou mucus, c’est moins dégoûtant !) d’escargot ne soit pas une pratique nouvelle, puisqu’on peut en retrouver dans plusieurs sirops pour la toux ou même dans certains médicaments depuis près d’une décennie.
Mais ce n’est que récemment que l’on a découvert ses potentialités en cosmétique et soins de peau.
Alors, une petite dose de bave d’escargot vous tenterait ?
escargot