Devenir grand-parent

Devenir grand-mère ou grand-père un vrai cap !

Publié le

C’est enfin votre tour de devenir grand-mère ou grand-père, qui aurait cru que ce serait un vrai cap à passer pour vous ?! Il n’y a pas si longtemps que cela, vous vous disiez que ce serait sympa d’avoir des petits-enfants, vous vous imaginiez peut-être jouant avec eux, ou peut-être que vous n’y pensiez même pas…

par

Mais la réalité est tout autre… Avec l’arrivée de vos petits-enfants, votre vie a irrémédiablement changé !

Les grands-parents d’aujourd’hui ont des vies bien remplies.

Raconte-moi la grand-parentalité !

Avant d’être grand-parent à votre tour, et alors que vous voyiez vos ami(e)s tour à tour le devenir, vous vous êtes certainement surpris à vous comparer dans votre tête. « Oh, là là, elle est trop gaga, elle, face à son petit-fils, je ne serais jamais comme ça ! » ou alors « Elle accoure dès que sa fille l’appelle pour l’aider avec son bébé et laisse tout tomber ?! Moi, je mettrai des limites ! ». Facile à dire lorsqu’on est encore dans le champ de l’hypothétique ! On imagine souvent comment on sera lorsque viendra notre tour.
Mais la réalité est tout autre. La vérité c’est que c’est lorsqu’on devient grand-parent soi-même que l’on se rend compte de ce que cela veut réellement dire. C’est comme un nouveau souffle qui nous envahit, et certains diront même que l’on se surprend à aimer d’une intensité plus forte encore que celle que l’on a ressentie au moment de notre propre parentalité, « c’est une parentalité nouvelle, décuplée, une parentalité fois deux » comme me l’a un jour dit ma maman.

Grands-parents nouvelle génération

Parlons-en ! Puisque les grands parents tunisiens d’aujourd’hui ne sont plus comme ceux de la génération précédente, bien loin de là ! Contrairement à leurs aînés, qui étaient pour la plupart cloisonnés dans la cellule patriarcale, et qui vivaient dans l’attente devoir naître leur petits-enfants, les nouveaux grands-parents ne les ont pas attendus pour faire leur vie ! Que ce soit les grand-mères ou les grands-pères, on parle de personnes qui ont fait des carrières (et qui la continuent pour certains), qui ont des hobbies, un groupe d’amis, et un compte Facebook qu’ils ne manquent pas d’alimenter régulièrement.
Bref, les grands-parents d’aujourd’hui ont une vie bien remplie et sont, pour certains, encore très jeunes de corps et d’esprits.

Qu’est-ce qu’une grandmère ?

On est donc aujourd’hui loin des stéréotypes de l’image des grands-parents que l’on connaît, cela veut-il dire pour autant qu’on ne puisse pas en incarner de nouveaux genres ?
Bien sûr que non ! Il y a autant de types de grands-mères et de grands-pères qu’il y a de personnes. Et c’est à chacun de trouver celui qu’il veut être. Papi gâteau, mamie douceur ou working-mamie plus IN que maman ? Pas de souci tant que l’équilibre y est.
C’est là tout le secret : l’équilibre !
Trouver son équilibre Comme on l’a dit plus haut, à la venue de ce nouveau petit être, on se retrouve littéralement envahi par une vague (peut-être même un tsunami !) d’amour, à tel point que ça nous submerge ! Et si, en plus, les parents travaillent et se retrouvent dépassés, on n’a qu’une seule envie : les aider, les soulager un peu.
Résultat ? On risque de se retrouver à tout laisser en plan dès que l’on reçoit un coup de fil pour accourir au secours de nos enfants et profiter de la proximité de notre nouvel amour, c’est plaisant me direz-vous ? Certainement.
Mais à côté, ce que l’on aura laissé en plan, c’est notre vie elle-même (« ma vie c’est mes enfants » diront certains mécontents !). Et puis, il ne faut pas oublier la fatigue qui a vite fait de s’installer. Un bon grand-parent est un grand-parent disponible oui, mais qui sait dire non lorsqu’il le faut !

Trouver sa place

Tout comme il faut savoir dire non pour se préserver, (même si l’on a très envie de répondre présent tant pour nos enfants que pour nos petitsenfants), il faut apprendre à s’effacer pour laisser la chance à nos enfants de devenir eux-mêmes de bons parents.
Avec ce flot nouveau de sentiments, on veut le meilleur pour ce petit être, tant et si bien qu’il nous arrive d’oublier que ses propres parents le veulent tout autant.
Quelle grand-mère ne s’est jamais surprise à crier sur son fils (devenu papa) « Arrête, ne le tiens pas comme ça, tu risques de lui faire mal ! » Ou de téléphoner rien que pour lui rappeler le vaccin du petit ? Absurde, non ? Non constructif aussi de rabâcher qu’il faut lui faire goûter des aliments dès les 3 mois alors que le médecin a conseillé d’attendre les 6.
A chaque génération ses coutumes. Et c’est là, en même temps que réside la beauté de la grand-parentalité : nous n’avons plus à assumer la responsabilité, notre rôle aujourd’hui est celui d’aide et de conseil (et non donneur de leçons !) et de distributeur de câlins !
Mais plus important encore, c’est au tour de nos enfants de faire leurs preuves, il faut leur laisser le champ libre pour qu’ils puissent trouver en eux les ressources qui leur sont nécessaires. Et cela ne peut leur être possible que s’ils laissent de côté de réflexe de toujours se fier à leurs parents (c’est-à-dire nous !).

Et les enfants dans tout ça ?

Même si c’est évident, on a tendance à l’oublier, quand on devient grands-parents, on ne cesse pas d’être parents,
et ce n’est pas parce que nos enfants sont devenus parents à leur tour qu’ils ne se sentent plus enfants eux-mêmes.
C’est parfois tout le contraire qui se produit, d’ailleurs. Face à tous les changements qu’ils rencontrent, avec les nouvelles difficultés liées à leur parentalité, les enfants peuvent être tentés de recourir davantage à leurs parents, pour les aider au quotidien oui (garder les petits, aider pour les tâches ménagères), mais aussi pour retrouver une certaine sécurité, pour se conforter dans l’idée qu’ils sont toujours choyés et protégés.
Leur statut d’enfants s’en retrouve donc réactualisé. Qui ne veut pas se sentir choyé, protégé ? Et qui, au monde, est le mieux placé pour jouer ce rôle ? Une maman et un papa bien sûr !
Imaginez, en cette période de chamboulement total qu’est la venue d’un bébé, les parents voient leurs vies basculer, changer du tout au tout, et la tentation, pour eux est grande, de retourner dans les jupons de maman…

A bas les clichés !

Vous l’aurez compris, si vous allez avoir un enfant, ou que vous-même êtes sur le point de devenir grand-mère,
oubliez le cliché de la mamie aux cheveux argent, un châle sur les épaules et passant ses journées à tricoter des chaussons pour ses bambins. Ce n’est pas parce que vous allez devenir grand-mère que vous devez vous métamorphoser ! Car une grand-mère, même sans ces artifices, en reste une, et peut même en être une « super » ! ?