La mémoire, ça s’entraîne !

Publié le
La mémoire s'entraine

Contrairement à certaines idées reçues, la mémoire n’est pas une sorte de disque dur qui peut arriver à saturation, bien au contraire ! Plus on la sollicite, plus elle est efficace !

par

La mémoire est un outil qu’il ne tient qu’à nous de cultiver, de nourrir, pour qu’elle carbure au mieux et le plus longtemps possible ! Le tout est de disposer des bonnes idées d’activités.

La mémoire est indéniablement un outil nécessaire autant pour le confort que pour une bonne qualité de vie. Il nous est primordial quel que soit notre âge. D’abord dans notre jeunesse pour nous permettre de mieux apprendre et avancer dans la vie. Puis, arrivé à un âge avancé, on prend plus conscience de son importance, probablement parce que l’on commence, par moments, à le sentir faiblir, et puis il y a la crainte de la survenue d’éventuelles maladies dégénératives comme Alzheimer. Heureusement que, quel que soit l’étape de notre vie, la mémoire, de par sa plasticité, a toujours la capacité de s’entretenir et de s’améliorer !
Il ne tient qu’à nous de l’entraîner !

Ecrire pour mieux retenir

Le professeur Alain Lieury (1946-2015), professeur émérite en psychologie cognitive à l’Université de Rennes II(France) et auteur d’une vingtaine de livres sur la mémoire est unanime sur ce sujet : on mémorise mieux lorsqu’on écrit. Il a réalisé à ce sujet une étude comparant des enfants apprenant en écrivant et d’autres qui étaient munis d’une console de jeux. Le résultat était alors sans équivoque, et le premier groupe a réussi à améliorer sa mémoire de 33%. L’explication tient au fait que la main et le bras communiquent avec le cerveau en lui envoyant des sensations, des émotions. Et cela contribue à ce que l’information s’inscrive mieux dans note mémoire.

Essayer de nouvelles choses pour plus de plasticité

Il ne suffit d’être fan de scrabble ou de s’exercer à la récitation de poèmes quotidiennement pour conserver une mémoire en forme. Selon certaines études, ce serait même au bout d’un certain temps quasi inefficace. Et pour cause, lorsqu’on fait et refait la même activité, ce sont les mêmes circuits neuronaux qui sont sollicités. Cela induit une forme de paresse, voire une certaine rigidité de la mémoire. Or, pour une mémoire en pleine capacité pour plus longtemps, ce qui est nécessaire c’est avant tout une bonne réserve cognitive. Que faire alors ? Ne pas s’endormir sur ses lauriers, et ne jamais arrêter d’entreprendre ou d’apprendre de nouvelles choses : une langue étrangère, une activité manuelle qui nous a toujours tenté sans qu’on s’y lance, ou même s’abonner à des sorties culturelles : il n’y a pas de limite à la découverte !

Le jeu du souvenir

Il existe une multitude de jeux qui aide à cultiver sa mémoire, à l’entrainer et même à en améliorer les capacités. Il y a les jeux de lettres, comme les mots croisés et autres mots mêlés, et les jeux de chiffres, comme le sudoku, entre autres. Mais il y a aussi d’autres petits exercices que l’on peut réaliser sans aucun outil. C’est le cas du jeu du souvenir. Le soir lorsqu’on est au lit, avant de s’endormir, on essaye de se remémorer ce qu’on a fait durant la journée. On se rappelle ce qu’on a mangé, avec qui on a discuté. On peut même se rejouer certaines scènes dans sa tête. Cela nous oblige à solliciter sa mémoire à court terme et à inscrire les évènements dans la mémoire à long terme. De plus, c’est une belle manière pour glisser doucement vers les bras de Morphée, vous ne trouvez pas ?

Chanter pour contrer Alzheimer

Le professeur Hervé Platel, professeur en neuropsychologie au CHU de Caen (France) qui étudie la mémoire humaine à partir de supports artistiques dont la musique, est arrivé à la conclusion que la pratique musicale a un impact sur des régions cérébrales impliquée dans des mécanismes cognitifs de haut niveau comme l’attention et la mémoire. Les résultats de ses études, de même que d’autres révélés par des équipes épidémiologiques concourent tous vers une même direction. Celle que la musique aurait un effet protecteur contre les maladies neurodégénératives, dont la maladie d’Alzheimer.

Sortir avec ses amis

entrainement de la mémoireLes amis, de longue date ou fraîchement acquis sont une présence précieuse ! Ils nous font rire, nous offrent une oreille attentive lorsqu’on en a besoin et nous motivent à sortir et à s’amuser lorsqu’on est dans son coin. Et pour la mémoire, cela aussi est important ! Outre le fait de conserver une vie sociale active est très bénéfique pour le moral, le fait d’engager des conversations avec des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêts fait travailler la mémoire. De plus, maintenir un rythme continu de sorties en société nous force à réfléchir à résonner, à soutenir un certain niveau de sociabilité, sont un excellent stimulant pour le cerveau en général, et la mémoire en particulier.

S’aérer le corps pour booster son esprit

La pratique d’une activité physique arrive au top des nécessités pour avoir et conserver une bonne qualité de vie, et ce de 7 à 77 ans ! Mais le sport aurait aussi la capacité de booster la mémoire, c’est du moins ce qu’a révélé une équipe de chercheurs de l’Institut de technologies de Géorgie (Etats Unis). En effet, dans l’étude qu’elle a menée, elle a proposé aux sujets de pratiquer une activité physique tout de suite après avoir fourni un effort intellectuel, les comparant à un second groupe qui, lui n’a pas fait de sport. Ce test a mis en évidence que lorsqu’on s’attèle à une activité physique après tout de suite après avoir sollicité sa mémoire, celle-ci connait une amélioration de près de 10%. C’est valable pour les élèves et les étudiants en situation d’apprentissage ou en période de révisions, mais ça l’est aussi pour les personnes qui connaisse une baisse de leur capacité de mémorisation. Cela est dû, entre autres au fait que lorsqu’on fait du sport, on respire mieux tout en stimulant la circulation sanguine dans tout son organisme, y compris son cerveau. Recevant plus d’oxygène qui circule mieux et plus librement, le cerveau fonctionne au mieux de sa forme !