apne du sommeil

Sommeil et Alzheimer

Publié le
par

Selon des scientifiques australiens, l’apnée obstructive du sommeil serait associée à des modifications cérébrales, également visibles dans les premiers stades de la démence.

Pour les scientifiques, dépister et traiter ces problèmes nocturnes pourrait notamment aider à prévenir la maladie d’Alzheimer.
 
Entre un tiers et une moitié des atteintes par des risques de démence sont liés à des facteurs modifiables tels que la dépression, l’hypertension artérielle, l’obésité et le tabagisme. Ces dernières années, les problèmes de sommeil semblent eux aussi entrer en ligne de compte.
Les scientifiques de l’Université de Sidney ont cherché à savoir si les apnées obstructives du sommeil pouvaient jouer un rôle.
Ces apnées correspondent à des pauses respiratoires pendant le sommeil de plus de 10 secondes. Une apnée de sommeil est en rapport avec par exemple une obstruction de la gorge, elles impactent la santé cardiovasculaire puisqu’elles réduisent le taux d’oxygène dans le sang.
Les scientifiques ont travaillé à partir d’un groupe de 83 personnes, âgées de 51 à 88 ans. Chacune présentait des troubles de la mémoire et/ou de l’humeur, mais aucune n’était diagnostiquée pour une apnée du sommeil. La mémoire et les symptômes dépressifs des participants ont été évalués et chacun a passé une IRM pour mesurer les dimensions de différentes zones du cerveau. Enfin, leur sommeil a été examiné de très près.
 
Les patients ayant de faibles taux d’oxygène avaient une épaisseur au niveau des lobes temporaux gauche et droit réduite. Or ces zones altérées indiquent la présence d’une démence. Les ronflements, un sommeil perturbé sont des signes de l’apnée de sommeil. Un patient doit consulter un médecin traitant pour éviter des séquelles déplorables et évitables.