sport croyant non pratiquant

Le Sport : croyant mais… non pratiquant

Publié le

C’est décidé, plus que quelques jours, de retour sur Tunis après de longues vacances pieds dans l’eau à passer plus en short qu’affalée sur ma serviette à faire la crêpe, pourquoi ? A cause de mes rondeurs, mon bide et ma cellulite (visible à l’œil nu), il était donc temps de prendre la résolution et de commencer la procédure !

par

Septembre : résolution : salle de sport.

Septembre le premier mois des résolutions, chose promise, chose due ! … ou presque.
J’ai passé septembre, octobre, novembre et décembre à en parler, aux proches, aux amis, aux connaissances, aux followers, à mon mec (en essayant de l’embarquer dans cette aventure sportive enrichissante), j’ai écrit des statuts sur mon Facebook pour vendre les mérites du sport et ses bienfaits, j’ai posté une multitude de stories sur Instagram prouvant à quel point j’y étais accro, et à quel point il était facile de commence. Tout est une question de volonté (parait-il).

Janvier

Début Janvier, nouvelle année, mois numéro deux des résolutions, j’ai commencé, enfin à faire le tour des salles, en racheter une aurait demandé moins de temps et d’investissement moral et physique.

Février

Février, enfin inscrite, la seule salle ou j’ai été juste à l’accueil, demandé le prix, signé le contrat, payé et partie (je n’avais pas de tenue voyons !).

Mars

Mars, shopping tenues assorties aux espadrilles, j’ai dû même investir dans des ensembles qui demandaient des heures de sport intense afin d’avoir les formes et le physique pour (la volonté toujours)

Avril

Avril, jour un, préparée psychologiquement, une semaine à l’avance, réveil aux aurores (et quel exploit), petit déjeuner des champions et en route pour la salle. Arrivée sur place, ascenseur en panne, six étages à pieds. Arrivée au but, une bouteille d’eau achetée, une petite pause pour récupérer des centaines de marches montées (ressenti), trop de courbatures et de fatigue, assez d’effort pour la journée. Retour chez moi.

Mi Avril, coup de fil de la salle de sport, pour renouveler mon abonnement.

Demain, j’ vais, demain j’y serai, cette fois-ci sans faute, l’été approche, mon bikini, mes petites robes….
Demain j’y serai.
                … Ou pas.