addiction au sucre

Le sucre : une drogue légale, mais une drogue tout de même !

Publié le

Les aliments sucrés sont certes séduisants pour les adultes comme pour les enfants. Cependant, lorsqu’on perd la capacité d’y résister, le sucre devient une drogue légale, mais une drogue tout de même…

par

Le glucose est le carburant de nos cellules. Indispensable ainsi à la vie humaine, la consommation du sucre est une arme à double tranchant. Si le manque de sucre affecte le fonctionnement de l’organisme, l’excès aurait des conséquences aussi graves : des difficultés d’apprentissage, de mémoire, de résolution de problèmes,…et ça sans parler de diabète et de l’obésité.

Une drogue effectivement !

Les aliments sucrés sont naturellement irrésistible. On ne sait pas si c’est l’apparence, le goût, ou tout simplement l’excitation de l’interdit qui les fait ainsi. La seule chose certaine étant plus on consomme du sucre plus on en a besoin. Certains pensent que le terrain génétique prédéfinit nos gout et nos affinité alimentaires, alors que d’autres affirment que c’est nos apports nutritionnels qui guident nos préférences.
 
En effet, une consommation importante de sucre provoque une sur-stimulation de dopamine suivie d’un processus de régulation limitant l’activité des récepteurs de dopamine. Ainsi, au fil des années, moins les récepteurs de dopamine sont efficaces, plus on a besoin de sucre pour se sentir bien. D’autre part la consommation de sucre avec des quantités importante si tôt dans la vie hisse le seuil de plaisir qui serait gardé pour la vie entière.
 
La notion d’addiction au sucre est ainsi un fait constaté en réalité et consolidé par plusieurs études dont certains concluent la possibilité même d’un syndrome de sevrage avec le sucre, y compris les secousses et les claquements des dents. Il faut savoir, en outre, qu’à partir de cette addiction, nous nous retrouvons plus sensibles aux autres substances addictives.

Moins de sucres, plus d’énergie…

Avec ou sans obésité, l’addiction au sucre est un problème tellement répandu dans la société moderne que certaines industries alimentaires offrent de plus en plus des produits « amincissants ». Mais si on opte vraiment pour une hygiène alimentaire, on ne doit pas compter trop sur ces marchés. Seule la volonté est capable de résoudre ce problème. Une cuillère de moins dans le café du matin, des gâteaux faits maison avec le minimum de sucre, des yaourts naturels, la tendance plutôt à des collations faites de légumes et de fruits peu sucrés… Et avec le temps on peut se libérer de cette addiction.
 
Jour après jours, on se trouve moins fasciné par ce goût. Au bout d’un certain moment, on déguste mal l’excès de sucre, on dit qu’on réduit notre tolérance au glucose. En parallèle, la consommation d’alcool et de tabac connait un déclin notable. Des études montrent qu’en deux semaines sans sucre, avec exercice, méditation, yoga, l’efficacité du cerveau augmente. En résumé, tout le corps humain trouve la paix en réduisant l’apport quotidien de glucose.