Les superstitions chez le tunisien : d’où nous viennent-elles ?

Publié le

Dans son quotidien, le tunisien est LA superstition personnifiée; de sa peur de tenir la cuillère de sa main gauche, au chat noir qu’il évite comme la peste et aux mots bannis par le dictionnaire à ne jamais prononcer le matin, les superstitions sont de plus en plus rocambolesques.

Psychologie du comportement superstitieux

Pour comprendre les superstitions, nous devons comprendre comment et pourquoi elles naissent dans l’esprit humain. C’est un fait de la nature humaine que notre répertoire psychologique ne contient que des comportements qui nous profitent d’une manière ou d’une autre. Si les superstitions, aussi stupides qu’elles puissent paraître en surface, n’étaient pas bénéfiques d’une manière ou d’une autre, elles n’auraient pas existé.
 
Voici les principales raisons psychologiques qui mènent à un comportement superstitieux …

Fausse corrélation

L’un des principaux biais cognitifs chez les êtres humains est le biais qui stipule que lorsque deux événements se succèdent, nous pensons que l’événement précédent est la cause de l’événement suivant.
Par exemple, lorsque vous installez un nouveau jeu sur votre PC et que votre ordinateur tombe en panne, vous êtes susceptible de supposer que le jeu a causé le crash. En réalité, cependant, le jeu n’a peut-être rien à voir avec le crash, mais le crash peut avoir été causé par un autre problème dans votre système d’exploitation.
La fausse corrélation est l’épine dorsale de la plupart des superstitions.
 
‘Le corbeau ou le chat noir ; on les croise le matin à notre sortie et la journée est officiellement foutue.’
 
corbeau et chat noir

Une nécessité de combler les lacunes

Les êtres humains ont un fort désir d’expliquer les choses et de combler les lacunes. Et quand nous ne pouvons pas expliquer les choses avec raison, nous avons généralement recours à la superstition.
Nous pouvons attribuer des causes à certains événements qui n’ont aucune relation de causalité entre eux. Nous sommes seulement induits en erreur par leur occurrence simultanée.
Même si deux événements ne se produisent pas simultanément, nous pouvons toujours supposer que l’un est la cause d’un autre, grâce à notre besoin profond de combler les lacunes.
 
‘Une paire de claquettes ou chaussures renversée est c’est l’annonce quasi systématique d’un départ ! D’autres estiment que le diable s’y réfugie.’
 
chaussures renversées

Le besoin de contrôle

Le besoin d’expliquer les choses est fortement lié au besoin de contrôle. Ce que nous pouvons expliquer, nous pouvons habituellement contrôler. Quand nous avons le contrôle, nous nous sentons puissants. Sans contrôle, nous sommes impuissants.
 
‘Interdiction absolue de remuer le couteau dans un récipient ou de jouer avec les ciseaux dans le vide ; cela cause des conflits et disputes au sein de la famille.’
 
jouer avec des ciseaux

Causalité externe

L’esprit humain peut parfois faire de grands efforts pour protéger l’ego. Nous avons plusieurs mécanismes de défense qui interviennent lorsque notre ego est menacé. L’un de ces mécanismes est de blâmer les facteurs externes pour les lacunes dont nous sommes personnellement responsables.
Si vous connaissez des chats noirs qui croisent votre chemin, si vous ouvrez un parapluie à l’intérieur ou si vous marchez sous une échelle, vous pouvez toujours éviter de faire ces choses et éviter la malchance. Maintenant, vous vous êtes trompés en pensant que vous avez un contrôle total sur votre chance.