intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable : symptômes, traitement et prévention

Publié le

Des douleurs abdominales, des ballonnements et des flatulences, un trouble du transit : ce sont les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (SII) retentissent de manière significative sur la qualité de vie des patients. Aussi bien sur le plan professionnel que privé.

par

Actuellement, il existe pourtant de nouvelles solutions pour les apaiser. Quelles sont les signes de ce syndrome de l’intestin irritable ? Comment le traiter et comment améliorer la qualité de vie du patient ?

Si le syndrome de l’intestin irritable n’engage pas le pronostic vital des patients, il n’en reste pas moins particulièrement pénible dans la vie de tous les jours. Ce syndrome est caractérisé par une interaction de plusieurs signes comme les douleurs de la cavité abdominale, les troubles de transit intestinal, etc. Ces différentes perturbations du système digestif et plus particulièrement les troubles coliques surviennent au moins une à trois fois par semaine et une douleur surgit en relation avec la défécation.

L’incidence du syndrome de l’intestin irritable (SII)

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) constitue l’une des principales causes de consultation chez les médecins généralistes et de loin le premier motif chez les spécialistes en gastro-entérologie. En Tunisie, il y a une estimation de l’incidence entre 2% à 4,5% de la population. On estime que 10% à 15% de cette population est susceptible de consulter un médecin spécialiste. Il est à noter également que les femmes sont plus touchées que les hommes, soit une incidence pour les femmes qui est double.

Les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (SII)

Les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (SII) imposent aux patients un véritable calvaire au quotidien. Ce syndrome intestinal impacte la vie sociale et professionnelle d’une manière significative. L’altération de la qualité de la vie est à peu près équivalente à celle arpentée pour la grippe. C’est comme si un syndrome intestinal est survenu avec des symptômes similaires à ceux de la grippe entrainant des effets de désagréments de la maladie aux patients.

Le rôle du microbiote intestinal dans cette maladie

Les causes exactes du SII restent encore obscures et méconnues. En revanche, il y a un grand nombre d’études scientifiques évoquant la piste du microbiote. En effet, il a été démontré que la flore intestinale était différente entre les personnes ayant cette pathologie et les personnes saines. C’est pourquoi les scientifiques se sont intéressés aux probiotiques. Il y en a beaucoup de probiotiques, citons l’exemple de la souche de Bifidobacteriul infantis 356224.

Une prise en charge adaptée, une prévention et une hygiène de vie

Les patients doivent par ailleurs veiller à diminuer leur consommation de certains aliments susceptibles d’intensifier les douleurs abdominales. Il s’agit souvent de produits non ou mal digérés appelés communément FODMAPs, et ce au niveau de l’intestin grêle et qui vont produire des gaz et des ballonnements. Parmi les produits alimentaires provoquant des ballonnements, il y a les légumineuses comme les pois chiche, les petits pois, les grains d’haricots et des légumes comme les betteraves et les oignons. Il est recommande ainsi de mettre en place un régime strict pendant quelques semaines, puis de réintroduire petit à petit les aliments afin d’évaluer le niveau de tolérance de chaque patient. Et d’une façon générale, il sera nécessaire de faire un point sur l’alimentation afin de diminuer l’impact de ce syndrome sur la qualité de vie pour le patient.