comment réagir face à un enfant hyperactif

Témoignages des parents : comment réagir face à un enfant hyperactif ?

Publié le

Un enfant hyperactif est un môme très agité, qui ne manifeste pas une sensation de phobie face à des situations de risque qu’il affranchit ou qui se posent devant lui. Il est prêt à faire des escalades, des sursauts et des courses sans une limite et même parfois sans s’apercevoir des dangers risqués.

par

Comment distinguer un enfant hyperactif ? Quels sont les signes particuliers et spécifiques de cette hyperactivité ? Et quelles sont les initiatives à entretenir pour permettre à cet enfant de comprendre les limites, les risques et les dangers de son comportement ?

Les caractéristiques d’un enfant hyperactif dont le comportement est à gérer

Avec beaucoup d’énergie à fournir et une spécificité aventureuse et hardie, les enfants hyperactifs sont sans cesse en train de se mouvoir et de tester leurs limites au sens physique.
Pour une aventure donnée, ils se mettent dans la plupart du temps dans une rude épreuve pour attirer l’attention ou pour démontrer leur capacité tout en visant la patience et l’inquiétude des parents.
En fait, ces enfants hyperactifs recherchent dans les différents intervalles de temps de la journée des sensations fortes. C’est ce qui les pousse à poursuivre leurs expériences, d’essais et de découverte du monde qui les entourent avec des provocations et des exhortations parfois à risques comme monter à un haut d’une armoire et sauter sur leur lit, d’une fenêtre ou d’un balcon, arpenter un arbre et sauter au niveau d’un tronc sur l’herbe, escalader un mur ou des grilles d’un bâtiment, courir à haute vitesse à bord d’un vélo, etc. Cela fait partie de leur caractère empressé.
En revanche, en grandissant l’enfant hyperactif prend de plus en plus conscience des risques qu’il encourt. Par ailleurs, les enfants hyperactifs ne sont pas toujours atteints d’un spectre TDAH (le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité), ne sont pas toujours des autistes et ne souffrent pas toujours de troubles de concentration et de vigilance.

Les attitudes à compenser pour prendre en charge un enfant hyperactif

Des manières ajustées et une éducation ciblée permettent de réparer le comportement de l’hyperactivité chez l’enfant comme par exemple adopter un dispositif de sécurité sans faille au niveau de la maison et une ergothérapie particulière.
Cela peut être réalisé en évitant par exemple à mettre en place des meubles sous les fenêtres pour que l’enfant ne puisse sautiller, ou induire un accident domestique (se briser les tendons, se fracturer ou autre). Il faut expliquer à l’enfant très énergique les dangers de l’escalade d’une échelle, d’un pilier, d’une glissade au niveau d’une pente, etc.
 
La communication est très importante dans cette situation. Il faut utiliser des dessins simples à concevoir et des schémas faciles à comprendre pour illustrer ce qui peut se produire lors d’une mésaventure de votre petit enfant.
Explicitez les consignes à prendre dans le cas d’un éventuel risque comme porter des protections de genoux dans une course à pied, des scratchs solides et un casque pour un tour à vélo avec ses amis.
Par ailleurs, il faut adopter une attitude de fermeté et d’aisance pour expliciter à l’enfant les gestes et les activités à ne pas faire et l’inciter à y obéir, sans colère et sans cri. De plus pour assouvir la tendance d’un enfant hyperactif de 3 ans à 5 ans pour une sensation forte, vous pouvez l’inscrire dans un club de sport (yoga, judo, gymnastique, karaté, kayak, etc) ou de loisirs artistiques de son choix (peinture, musique, théâtre) pour qu’il puisse dépenser et canaliser son énergie à bon escient.

Témoignages

Karima K., 36 ans, Carthage

Ma puce « Neyla » porte des attelles de protection à la main droite et cela depuis une année, soit l’âge de 3 ans pour la conduite de son petit vélo. Aujourd’hui, elle en a qui tiennent avec des scratchs, c’est beaucoup plus pratique, rapide et facile à mettre. Ma petite fille est hyperactive.
Ma fille ne voulait porter ses protège-membres, mais il y a quelque temps, on devait mettre les attelles de protection même le soir également au niveau de ses pieds, c’est ce qu’on appelle ses bottes et des bottes de robot à sa poupée lorsqu’elle se couchait afin de prévenir une chute de son lit.

Faika B., 32 ans, Paris

Les protège-genoux de haute qualité ou encore les genouillères qui sont conçus à base d’une cotonnade naturelle et non synthétique assurent de protéger avec efficience les genoux du bébé lorsqu’il commence à découvrir son univers et son entourage à quatre ou à deux pattes. Un bébé peut ramper, un petit chou peut grimper ou encore sauter partout autour de ses parents ou sa fratrie en toute sécurité. Les protège-genoux sont confortables, chauds, doux et respirant à la fois.