anxiete

Les troubles anxieux : quand faut-il s’inquiéter ?

Publié le

La nature fait qu’on soit différents les uns des autres: la perception du monde, la capacité d’adaptation au changement de la vie, la réaction vis-à-vis un bouleversement de son environnement… rien n’est prédictif.

L’anxiété, l’angoisse, et la peur c’est l’instinct de survie. A vrai dire, c’est la façon d’adaptation de l’être humain à un état de stress aigue. Cependant, quand cette réponse devient exagérée, prolongée, sans cause logique et affecte gravement la qualité de vie de la personne en question, ça devient un état pathologique, un trouble anxieux. Les causes des troubles anxieux ne sont pas parfaitement connues. Elles font intervenir des facteurs génétiques, physiologiques et environnementaux.
Ce sont des névroses qui se manifestent de façon très variable. Il peut s’agir de crises de panique, de phobies ou de troubles anxieux généralisés. Les troubles obsessionnels compulsifs et les états de stress post traumatique ne sont plus considérés comme trouble anxieux.

L’attaque de panique

C’est la survenue spontanée et inattendue de peur non raisonnable avec des palpitations, des douleurs thoraciques, des sueurs, des tremblements et une sensation d’étouffement. Le trouble panique survient entre 20 et 30 ans, plus souvent chez la femme. Il peut être isolé ou associé aux autres troubles, souvent il se complique d’une peur d’avoir peur et d’agoraphobie. Cette dernière étant la peur irraisonnée et intense de toute situation dont on ne peut s’échapper facilement.

Troubles anxiété généralisé

Il correspond à un sentiment général et constant d’anxiété et de soucis difficile à contrôler. Plusieurs attaques de panique évoluant sur un mode récidivant durant au moins 6 mois et nécessaire pour en définir. Cette anxiété n’est pas liée à un objet ou à une situation précise. Il s’agit d’une inquiétude excessive pendant tous les moments de la vie quotidienne
(Professionnelle, familiale, affective, sociale). La symptomatologie est plus flagrante dans ce cas avec un fort impact sur la vie.

Les phobies

La phobie est la sensation de peur imminente quand trouvé dans une situation considérée comme menaçante. On oppose la phobie sociale des phobies spécifiques. La phobie sociale, quant à elle, se traduit par une peur excessive face à diverses situations sociales, qui pourraient être embarrassantes, humiliantes, ou qui sont associées à une notion de performance. Les phobies spécifiques peuvent être associées à une grande diversité de situations ou d’objets/animaux : la claustrophobie, la phobie du sang…

Trouble de l’anxiété de séparation

Comme sont nom l’indique cette forme rentre dans le cadre du vécu d’un événement perturbant par exemple le mort d’un membre de la famille ou d’un animal familier, le changement d’école, le déménagement, etc. et qui touche principalement les enfants. Séparés de ceux qu’ils aiment, ils sont envahis de craintes d’accidents ou de maladies qui pourraient toucher eux-mêmes ou ces personnes chères. Ils ont besoin constant de savoir où les parents (ou les figures d’attachement) se trouvent et ont besoin de garder un contact avec eux. Autrement, ils éprouvent une tristesse avec des manifestations somatiques.

Quand consulter ?

Certainement chacun se trouve dans l’une de ces formes, mais comme j’ai déjà expliqué cela ne devient pathologique que lorsqu’un retentissement sur la vie quotidienne est évident. Dans ce cas des complications peuvent se voir. L’isolation, l’agoraphobie, le développement d’une dépression, l’abus de substance voir les tentatives de suicide sont communément rencontrés au cours de l’évolution d’un trouble anxieux. La prise en charge consiste principalement en une psychothérapie adaptée avec le recours transitoire à certains médicaments.