viande rouge

La viande rouge augmente le risque du cancer colorectal chez les femmes

Publié le

Des scientifiques du Royaume Uni ont mis en exergue le résultat qu’un régime riche en viande rouge, comparé à un régime végétarien, augmentait le risque de cancer colorectal chez les femmes.

par

En fait, la viande rouge est incriminée dans différentes pathologies comme le diabète, les maladies cardiovasculaires ou encore le cancer et ce, depuis de nombreuses années. Les chercheurs anglais de l’Université de Leeds ont l’impact de la viande rouge, de la volaille, du poisson ou d’un régime végétarien, sur le développement du cancer du côlon chez les femmes.

Les conclusions de leurs travaux récents sont parues dans l’édition scientifique de l’International Journal of Cancer. Les scientifiques anglais ont analysé les données issues de la UK Women’s Cohort Study.
Cette large cohorte a renfermé un groupe de 32.147 femmes anglaises. Elles ont été recrutées durant la période des années de 1995 à 1998 et ont été suivi en moyenne pendant 17 ans. Les chercheurs ont relevé 462 cas de femmes atteinte d’un cancer colorectal.
Ils ont observé à la suite de l’analyse des résultats que celles qui mangeaient de la viande rouge, par rapport à un régime sans viande, étaient exposés à des taux plus élevés d’une atteinte par un cancer du côlon.

Un excès de viande rouge augmente le risque de cancer colorectal

Ce n’est pas la première étude à présenter de tels résultats scientifiques. En fait, c’est le fer de l’hème de l’hémoglobine, présent dans la viande, qui est incriminée par les scientifiques.
Il est constitué d’un atome ferrique et d’un ensemble de protéines, ce qui donne à la viande sa coloration rouge. Lors de la digestion de la viande, le fer est converti en un composé toxique pour les cellules et les tissus, c’est la molécule de l’aldéhyde.
Cette substance active les mutations au niveau de l’ADN et entraîne l’apoptose cellulaire du côlon et du rectum. Les lésions précancéreuses résistent très bien aux attaques de l’aldéhyde. De cette façon, une consommation excessive de viandes rouges et de charcuterie altère les amas tissulaires du côlon et du rectum et également fait le triage des cellules précancéreuses.

L’Institut de recherche sur le cancer conseille de ne pas dépasser une quantité d’un demi-kilogramme de viande rouge par semaine.