Vivre à Deux

Le divorce, entre dépression et libération

Publié le
Le divorce, entre dépression et libération

Quand rien ne va dans le couple, quand la communication devient impossible et que les deux partenaires ne se supportent plus, le divorce peut être la solution. Divorcer est donc l’une des décisions les plus difficiles face à laquelle une personne peut se trouver, c’est une façon d’assumer son échec, et de mettre fin à une vie de couple qui ne pourra plus évoluer, et qui commence à devenir destructive pour les deux partenaires.

par Saima Ksibi

Seulement, les conséquences psychologiques du divorce diffèrent d’une personne à une autre. il y a ceux qui trouvent du mal à reprendre le rythme normal de la vie, et qui sombrent dans la dépression, alors que d’autres vivent ça comme une grande libération.

1/ Quand le divorce est mal vécu

– On a du mal à assumer son échec :
Quelque soit la raison pour laquelle vous avez choisi votre partenaire, vous ne pouvez pas nier aujourd’hui que
cette personne, à un certain moment, représentait tout pour vous. Vous l’avez aimé, vous avez passé du temps ensemble, vous avez partagé de très beaux moments, ne serait-ce que pour une journée, et vous ne pourrez jamais effacer ces beaux souvenirs de votre tête. Aujourd’hui, avec tous vos malentendus, vos disputes, vous vous trouvez face à une seule et unique solution : le divorce !
Personne ne se marierait s’il savait d’avance qu’il allait divorcer, mais cela n’empêche que le divorce n’est pas une fatalité. Comme toute séparation amoureuse, le divorce est généralement mal vécu. Le conjoint qui n’a pas décidé de divorcer et qui se trouve devant une telle réalité peut être frappé d’un syndrome dépressif réactionnel.
C’est son égo qui est touché en premier lieu, c’est une blessure narcissique qui entraîne un sentiment de tristesse, de culpabilité, de peur de l’avenir. C’est ce sentiment d’avoir échoué son mariage, voire sa vie qui nous frappe, et qui nous fait sentir qu’on ne va plus arriver à se relever.

– L’importance du deuil après le divorce :
Il est très important de faire son deuil après le divorce et de parvenir à métaboliser l’épreuve et d’accepter cette séparation pour pouvoir continuer à avancer dans sa vie.
Savoir dire Stop quand ça commence à bloquer est très important, pour pouvoir passer à autre chose. Quand on a beaucoup souffert de ce divorce, il est beaucoup plus difficile de s’en remettre et de se convaincre que c’était bien la fin. Certains sombreraient même dans la dépression. Lorsqu’on arrive à passer à autre chose, lorsqu’on arrive à s’ouvrir de nouveau et on se sent prêt à connaitre du monde, c’est qu’on a réussi à faire le deuil et à surmonter la peur et l’anxiété pour arriver à refaire confiance et à recommencer à zéro. Si au bout de quelques mois, les signes ne se sont pas estompés, si on n’arrive pas à se remettre de cette séparation douloureuse, il faut
sérieusement penser à se faire aider, en allant voir un psy.

– Les copains d’abord !
Après le divorce, on se trouve souvent confronté au problème des amis et des fréquentations. On se rend parfois compte qu’on a commis l’erreur de perdre de vue ses anciens amis, pour fréquenter ceux de son conjoint. Du coup, dès qu’on se sépare de son conjoint, la sensation de solitude et d’isolement peut être aggravée, quand vous vous retrouvez sans plus personne à vos côtés, d’où l’importance de préserver son propre champ amical quand on est en couple, et de ne pas se suffire aux amis communs avec son conjoint.

2/ Divorcer pour voler de ses propres ailes

– Se libérer de l’emprise d’un partenaire égoïste Quand on vit avec un pervers narcissique, un partenaire possessif
qui nous pourrit la vie, un manipulateur, un homme qui nous rabaisse ou qui nous empêche d’évoluer sur tous les plans, ou encore violent et agressif, c’est certain, le divorce ne peut être qu’une libération et un grand soulagement.
Vous vous sentez soulagée parce que vous étiez dans une relation qui vous faisait souffrir que vous n’aurez plus à vivre et vous avez finalement réussi à faire un pas très difficile pour vous, vos enfants et votre ex partenaire.
La vie s’offre à vous maintenant, et puisque les portes vous sont ouvertes, à vous de prendre les choses en main et de rebondir, vivre et évoluer. C’est une nouvelle chance qui s’offre à vous, une chance de tout recommencer et de partir vers de nouveau horizons.

– La nécessité d’un plan d’action après le divorce Une fois débarrassée du fardeau que vous portiez, il est important de faire un plan d’action pour cette nouvelle vie. Notez les choses que vous aviez toujours voulu faire même encore bien avant de vous marier. Réalisez que vous pouvez revivre et que la nouvelle vie qui s’offre à vous est une occasion de retrouver votre autonomie tout en tirant des leçons du passé en allant de l’avant.
Prenez un bout de papier, et notez toutes les choses qui vous feraient plaisir (des retrouvailles entre copines, des sorties entre célibataires, des randonnées, une virée shopping avec votre meilleure amie, un voyage en Asie, etc.) sans vous soucier du temps ni de l’argent. Gardez cette liste sous les yeux et faites-en votre liste d’objectifs pour les 3 années à venir.

– Attention, même avec cette libération, il faut faire le deuil :
Vous êtes toute fière d’avoir été forte, et d’avoir pris la bonne décision ? Vous vous sentez libérée et soulagée ?
Oui ! Mais attention, ce n’est pas une raison pour vous caler avec le premier venu ! Prenez le temps de respirer, vivez votre vie comme vous la voulez, profitez et voyez vos amis, et le reste viendra par la suite, très naturellement.

Hedi Khlif

L’avis du spécialiste, Dr Hedi Khlif, Psychiatre

Sur l’échelle des événements de vie traumatisants, le divorce fait partie du top 3. Pourtant, les statistiques montrent des chiffres importants de divorces de nos jours : quasiment un couple sur trois décide de divorcer. Un divorce, ce n’est pas seulement la fin d’un couple. La perte d’un conjoint. C’est aussi celle d’une famille, d’une belle-famille, des amis du couple souvent, qui se sentent obligés de prendre parti pour l’un ou pour l’autre…
D’un monde, construit à deux ; d’un niveau de vie, considérablement diminué dans la majorité des cas.
D’un idéal familial, aussi.
Les étapes de la séparation s’apparentent à celles du deuil : Déni, colère, marchandage, tristesse et enfin acceptation. C’est un travail difficile, mais nécessaire. En effet, il faudra un certain temps aux deux personnes pour accepter la perte de cet équilibre qu’ils ont mis beaucoup de temps à construire, et à mettre en place un nouvel ordre.
Lors d’un divorce, il peut aussi y avoir un sentiment de libération. Quand la situation devient très conflictuelle, mettre fin à toute cette souffrance peut être une première étape vers un mieux-être. Aussi paradoxal que cela peut paraître, dans certaines situations, le divorce est même bénéfique pour les enfants. Si dans un couple la communication saine est rompue, et le mode de communication qui s’y substitue est la violence, l’agressivité, les cris…, le divorce peut rétablir une certaine paix et sérénité qui seront aussi ressenties par les enfants.
A l’opposé, un des conjoints (ou les deux) peut être frappé d’un syndrome dépressif réactionnel. C’est une blessure narcissique qui entraîne un sentiment de tristesse, de culpabilité, de péjoration de l’avenir. On pense qu’on ne va plus arriver à rien. Cette dépression peut jouer sur tous les registres, se diffuser dans tous les secteurs de la
vie de la personne.
Prendre soin de soi nécessite du temps. Il faut du temps pour la colère, pour la souffrance, pour la rémission. Et ce temps est différent selon les individus. Chacun doit donc se reconstruire à son rythme, pour mieux renouer avec soi. La période d’isolement est nécessaire, même si l’entourage le supporte souvent mal. C’est le moment de se réapproprier son identité, sa vie, ses souhaits, ses besoin. Le moment aussi de se souvenir que l’on peut exister hors du couple.