Vivre à Deux

Le film X agitateur de couple ?

Publié le
Le film X agitateur de couple ?

Avez-vous déjà regardé des films x pour ajouter du piquant à votre vie de couple ? Si oui, il ne faut pas culpabiliser mais ….!

par Salem Trabelsi

Pourquoi avez-vous divorcé ?

« Les Tunisiens sont vraiment des schizophrènes, répond Leila, je ne sais quoi vous dire …mon mari était vraiment malade… »

Oui mais tout à l’heure vous avez dit que vous avez divorcé à cause des films pornos ! Votre mari vous les imposait ?

Leila marque une pause en serrant les lèvres et finit par répondre :
« Non pas du tout il me l’a proposé avec gentillesse et j’ai accepté pour lui faire plaisir, mais je ne vous cache pas que j’étais également curieuse. Puis c’est devenu une habitude et quelques fois je lui proposais moi-même de regarder un film jusqu’au jour où il m’a accusée de fantasmer sur les acteurs et d’avoir un amant. C’est comme ça que notre vie s’est transformée en enfer… Nous avons fini par ne plus avoir de vie sexuelle. »

Ne nous étonnons pas car c’est une histoire qui aurait pu arriver à n’importe quel couple … à n’importe quel couple accro aux films x bien entendu. En Tunisie, la tendance existe bel et bien, depuis un bon bout de temps, mais le phénomène a pris de l’ampleur avec la démocratisation d’Internet. Plus de problèmes pour se procurer des films VHS sous le manteau! Il suffit d’un clic pour avoir accès aux plus grandes performances sexuelles du monde !

Le porno c’est un truc de mecs

Oui c’est bien connu ! Tous les hommes ont regardé un film porno au moins une fois dans leur vie ! Qu’est-ce qui différencie l’homme issu de la culture arabo-musulmane des autres ? C’est que sans éducation sexuelle et avec l’oppression des tabous et des interdits, il a été acculé à découvrir son corps à travers des plaisirs solitaires et des fantasmes pornographiques …. Ça, c’est pour la génération qui a eu la chance d’avoir un écran! Mais il y a une génération qui n’a appris à quoi ressemblait une femme qu’à travers un bout de papier chiffonné qui passait de main en main, voire de classe en classe, dans un lycée. Il est très important de le souligner car l’adolescence d’un homme se retrouve dans la vie de son couple. « Il y’a des fois où les plaisirs solitaires sont plus rassurants que les rapports avec une femme », confie Mokhtar. Et il n’a jamais obligé sa femme à regarder du porno, par exemple .C’était son monde à lui seul, sur son ordinateur, qu’il visitait presque tous les jours. Mais, appartenant à la minorité (ou la majorité) des hommes dont la vie fait l’objet d’un contrôle continu de la part de leurs femmes (téléphone, SMS, ordinateur, tous les moyens sont bons!), son petit monde fut découvert lors d’une fouille surprise. Il avait oublié un mot de passe griffonné sur un bout de papier! À sa grande surprise, Mokhtar n’a pas été rudoyé comme d’habitude mais ce fut le début d’une autre vie. Car « madame » a, semble-t-il, apprécié la découverte. « Cela nous a permis de briser un mur qui existait entre nous, poursuit Mokhtar, je ne vois pas où est le problème finalement! Cela a mis un peu de piment (même trop) dans notre vie. J’aurais dû lui proposer l’idée dès le début mais j’avais peur de sa réaction. Comme tous les Tunisiens, j’ai appris le sexe en cachette et en culpabilisant. Cela m’a accompagné toute ma vie! »

Quoi ? Les femmes aussi aiment le porno?

Oui les femmes aiment le sexe mais il doit passer d’abord par la flatterie de leur ego, de leur personne et de leur corps en se déguisant, si possible, sous un air romantique. Ça, c’est un constat que seuls les Casanova appliquent et ils détiennent la science de ce genre de déguisement. Oui, les femmes aiment le sexe, mais pas le porno ….. Car le porno les met directement face à leur identité sexuelle en faisant fi de leur côté narcissique. Mais avec l’âge, les choses peuvent changer… Idée basée sur un témoignage recueilli du côté de Bab Jedid, auprès de ce que l’on appelle un gigolo pour touristes et qui officiait de Hammamet à Djerba, à une époque où il y avait encore des touristes en Tunisie. Aujourd’hui, il propose ses services à des compatriotes d’un certain âge (ou d’un âge certain) car il a pris le pli de cette tranche sociale à force de fréquenter des touristes de plus de quarante ans. « D’après mon expérience, les femmes ne sont pas très portées sur le porno jusqu’à un certain âge car elles estiment que c’est une insulte à leur beauté et leur sexualité, dit-il, une sexualité qu’elle vous accorde comme une faveur. Mais, passée la quarantaine ou la cinquantaine, je trouve qu’elles se libèrent de tous ces tabous. Elles ne mettent pas un film X elles mêmes mais trouvent toujours le moyen de vous pousser à le faire. A cet âge, elles veulent faire plaisir à leur sexe et pas à leur ego ! ». Mais revenons au couple… et restons dans la certitude (scientifiquement démontrée d’ailleurs) que seuls les hommes sont branchés porno, en tout cas bien plus que les femmes et que les femmes ne tirent de plaisirs solitaires du web que de manière occasionnelle. Que ces dames ne s’offusquent pas de ces propos … Tous les spécialistes le confirment : ce genre de film est très dévalorisant pour l’image de la femme.

Et si on devenait accros au X

Oui, mais toutes les femmes (hélas ou heureusement) ne ressemblent pas à celle de notre ami Mokhtar! D’autres trouvent cette pratique répugnante et préfèrent se tenir à l’écart de ce genre de spectacle. Pour Samar, par exemple, « cela n’a rien de romantique de s’exciter devant des images de corps déchaînés… Et les sentiments dans tout ça ? ». Quels que soient les avis, le phénomène existe bel et bien et peut avoir de l’influence sur la vie à deux. L’idée n’est pas choquante a priori : regarder un film à deux pourrait être plaisant et pourrait même donner naissance à d’extraordinaires moments de partage. Cela pourrait resserrer les liens du couple. Monsieur serait heureux que vous ayez enfin franchi le pas, et surtout que vous osiez rompre ainsi le train-train du quotidien tout en enrichissant vos connaissances sexuelles. Mais attention, il existe un revers à cette médaille : la pornographie peut apporter quelque chose au couple comme elle peut lui nuire excessivement. En fait, même regardés à deux, ces films peuvent pousser certains à s’isoler dans leurs fantasmes et à oublier l’autre. Cela peut aussi être révélateur d’un certain malaise dans le couple au cas où la pornographie devient un passage nécessaire pour l’excitation de l’un des deux partenaires.

Autre bémol : regarder trop de films pornos, peut provoquer chez certaines personnes un manque de confiance en soi : la taille des sexes des acteurs, le puissant orgasme des actrices et la multiplication des partenaires ont envoyé plus d’un chez le psy. Certains sites pornographiques proposent même des adresses pour « l’allongement » du sexe masculin. Et les Tunisiens sont devenus friands, semble-t-il, de cette chirurgie esthétique qui va de pair avec les implants mammaires et le « gonflement » des lèvres chez les femmes car certaines femmes se sentent également coupables de ne pas avoir un corps aussi sexy que celles que son mari regarde en cachette. Un sentiment souvent à l’origine d’immenses frustrations qui poussent certaines femmes à se jeter sous le premier bistouri.

Mais alors comment réagir face à un partenaire qui regarde des films en cachette et qui vous demande un jour de regarder ces films en sa compagnie ? Il faudrait dans ce cas rester vous-même, en étant convaincu de vos désirs tout en vous ouvrant réellement à l’autre. Si c’est vraiment contre vos croyances, il faut le dire avec respect et amour à votre partenaire, il ne faut surtout pas le juger où se positionner en parent mécontent qui punit. Cependant, si cela reste une curiosité sporadique, il faut franchir le pas en faisant attention de ne pas devenir accro. Ça vous permettra d’établir plus de communication intime avec votre partenaire car, il faut bien le reconnaître, une telle proposition prouve que votre partenaire ne vous exclut pas de ses fantasmes !

Bien pensants s’abstenir !

Dans le coin d’un bar, le soir à certaines heures où tous les hommes se ressemblent, ils oublient parfois qui ils sont, comme cet universitaire d’habitude très sérieux et qui nous a fait un jour cette confidence : « Mais il faut regarder du porno bon dieu ! C’est la seule façon qui me fait sentir que je suis encore un homme face à ma femme …. Heureusement qu’il y a le porno pour dire ce que c’est la réalité : un homme et une femme ….. On ne fait pas un couple avec deux hommes ». La réalité est-elle vraiment dans les films pornos ? La réponse est peut-être dans cet extrait de « Kingkong théorie  » de Virginie Despentes où « le porno pose un vrai problème : il défoule le désir et lui propose un soulagement, trop rapidement pour permettre une sublimation. Mais ce qui est excitant est souvent embarrassant socialement. Rares sont ceux et celles qui ont envie d’assumer en plein jour ce qui les fait grimper au rideau, dans le privé. On n’a même pas envie d’en parler avec ses partenaires sexuels. On peut également être gêné face au porno justement parce qu’il révèle que l’on est frigide alors que l’on se rêve en nymphomane insatiable. Ce qui nous excite ou pas provient de zones incontrôlées, obscures, et rarement en accord avec ce que l’on désire être consciemment. C’est tout l’intérêt de ce genre, si on aime lâcher prise et perdre connaissance, et c’est tout son danger (…).On demande précisément au X ce qu’on craint de lui : dire la vérité sur nos désirs. Le fait est que ça marche mécaniquement. Le porno révèle crûment cet autre aspect de nous : le désir sexuel est une mécanique guère compliquée à mettre en branle. »

Haïfa 35 ans fonctionnaire : De temps en temps

« C’est un peu honteux de l’avouer mais je ne vous cache pas que j’ai vu des films pornos dans ma jeunesse, de temps en temps bien sûr ! C’était un peu frustrant de me sentir inexpérimentée face à mon petit copain. Alors je visionnais, certains soirs, ce genre de films en cachette. Depuis que je me suis mariée, j’ai laissé planer le mystère sur ces expériences, jusqu’au jour où mon mari m’a confié que l’un de ses fantasmes serait que nous regardions un film X à deux, histoire de pimenter nos ébats par la suite. Depuis, nous le faisons de temps en temps quand nous en avons tous les deux envie. »

Hédi 42 ans employé de banque : venir incertain

« C’est vous mentir que de vous affirmer n’avoir jamais regardé de porno. Toute ma jeunesse j’en ai visionné mais lorsque je me suis marié, j’ai cessé d’être accro, jusqu’au jour où le web a commencé à faire des siennes! L’accès est devenu si facile que je ne pouvais pas résister. Pourtant la relation avec ma femme était très bien et tout fonctionnait comme sur des roulettes. Deux ans après ma récidive, j’ai commencé à avoir des problèmes d’érection car ces images devenaient nécessaires pour le passage à l’acte. Me les imaginer ne suffisait pas, je devais les voir ! J’ai fini par l’avouer à ma femme qui a très mal pris la nouvelle. Elle n’a cessé de m’en vouloir car pour elle c’était un choc terrible, alors que j’essayais de lui expliquer que tous les hommes passent par là! Voilà, depuis ça va très mal et je ne sais pas où ça va nous mener! »

Leila 28 ans infirmière : Radicalement contre

« Je suis radicalement opposée à ce genre de scènes. Pour moi, c’est une insulte à mon ego et à ma féminité car dans ces films, on montre des femmes asservies comme des animaux aux pieds d’hommes qui, eux aussi, ont l’air de bêtes sauvages. Mon Dieu, quelle honte ! Je ne suis pas encore mariée mais si mon mari m’oblige un jour à regarder du X, je crois que je serais capable d’aller jusqu’au divorce. Le problème, c’est que de nos jours, avec le web, la chose s’est banalisée et je plains ces pauvres femmes dont le mari fantasme sur autre chose, alors qu’elles sont là avec lui. C’est devenu un vrai problème chez nous et certaines de mes amies se plaignent de leurs conjoints qui regardent des films en cachette !

Les hommes face à leurs échecs : L’avis du spécialiste Hichem Sherif Sexologue – Sexothérapeute Conseiller Conjugal

Est-il conseillé de regarder un film pornographique en couple ?

Regarder un film porno déclenche automatiquement l’excitation sexuelle… Or les hommes sont bien évidemment plus friands de porno que les femmes. Les hommes ont un désir sexuel beaucoup plus visuel que les femmes, qui elles, sont davantage excitées par les caresses, le toucher, les baisers ou les mots… C’est là toute la différence .Mais lorsqu’il s’agit de voir ce genre de film en couple, la donne change. L’excitation devient partagée et donc réciproque. Vous l’aurez compris, la pornographie peut, en effet, jouer un rôle d’ingrédient stimulant le désir sexuel dans le couple mais ….

Mais ?

Les vidéos et images pornos auraient un impact néfaste sur la sexualité des couples. les hommes sont les premiers à être étonnés d’apprendre que les vidéos pornos sont une source de problèmes sexuels.Ce qu’ils ignorent c’est que, au lieu de les exciter, la pornographie pourrait provoquer des problèmes d’érection ainsi qu’une baisse de la libido…

Pourquoi?

Parce que regarder des vidéos pornos augmente la sécrétion de dopamine, le neurotransmetteur qui déclenche l’excitation sexuelle, et donc les érections. Or des pics de dopamine trop fréquents peuvent faire perdre la capacité du cerveau à répondre aux dopamines. C’est pourquoi le cerveau est moins sensible à la dopamine durant un rapport sexuel, ce qui peut provoquer des problèmes d’érection et une baisse de la libido.

Très vite, les hommes s’habituent à ces images extrêmes et ils ne peuvent plus être excités durant un rapport sexuel normal. En effet, ils sont tellement stimulés sexuellement par ce qu’ils peuvent regarder sur internet, qu’il leur est difficile d’être excités dans des conditions normales. Les hommes rencontrent donc des problèmes d’érection de plus en plus tôt, car ils ont besoin d’une stimulation de plus en plus forte pour être excités. Or, à vingt ans avoir des problèmes d’érection, est une pathologie anormale.

Pourquoi les hommes sont-ils attirés par le porno?

Ça fait partie d’une historicité sociale. La preuve, il est difficile de trouver un mâle oriental ou même occidental adulte qui n’a jamais vu de porno. Dans l’esprit du garçon, ça s’inscrit dans son parcours pour devenir un homme.

Je pense que les hommes qui ont du mal à exprimer leurs émotions et leurs désirs, sont les plus portés vers ce genre de choses. Ils ont davantage tendance à se réfugier dans des films pornos… ils s’en servent comme exutoires. Ces hommes se sentent souvent dépassés par leurs sentiments, aussi ont-ils besoin du porno pour garder un certain contrôle sur les choses…parce que le porno, c’est l’arbre qui cache la forêt. Derrière le porno on voit une peur de la sexualité, une peur de l’autre, une peur du lien, une peur des sentiments… le porno c’est tout sauf une mise à nu de l’âme !!!

Quel est le plus grand risque à courir?

D’autre part dans ce genre de films, la dimension relationnelle de la sexualité est niée… Les femmes y sont en effet vues comme des objets sexuels, anonymes et interchangeables et ce, au détriment de toute notion de tendresse ou d’affectivité.

La pornographie est avant tout une représentation stéréotypée et subjective de la sexualité. Elle impose à son public la vue d’un sexe violent, phallocratique, axé autour de l’idée de la domination par l’homme du corps féminin.

La pornographie vend une sexualité irréelle, fantasmatique, déconnectée de la réalité. Elle imprègne l’esprit des hommes au plus profond. Ces derniers en viennent à ne trouver de l’excitation qu’à travers le film x : ils deviennent « pornodépendants »! Ils sont incapables de trouver une excitation en dehors de la pornographie, leur rapport avec leur compagne change :

– Ou ils cherchent à inclure la pornographie dans leurs jeux érotiques, et ce quand bien même la compagne n’y est pas favorable.

– Ou ils perdent peu à peu tout intérêt pour des relations sexuelles conventionnelles au profit d’une sexualité masturbatoire. Enfin, le risque en devenant un accro de la pornographie est de ne plus apprécier le sexe.

Peut-on éviter les séquelles du porno?

Croire qu’on peut éviter les empreintes laissées dans le cerveau par la porno, c’est se leurrer. Je rappelle que la pornographie déshumanise le lien qui unit deux personnes. Il s’agit de corps offerts à la consommation et qui doivent atteindre d’impossibles standards de performance… C’est la meilleure manière d’enlever tout son sens à l’acte d’aimer.

Comment s’en sortir ?

Par une éducation affective et sexuelle… Mais il ne faut pas trop en faire ! A trop parler du danger de la pornographie, cela finit par avoir des effets inhibants. En conseil conjugal, le message à faire passer est le suivant : ce que l’on voit dans les films pornos, ce n’est pas de la sexualité, c’est de la génitalité .Est -il réellement plaisant pour une femme, de constater que pour lui faire l’amour, son compagnon doit fantasmer sur d’autres corps que le sien? Naturellement non. L’excitation, lors d’une relation sexuelle, doit venir du corps de l’autre, et pas du corps des autres. Une femme à qui on impose, en préliminaire, la vision de matériel pornographique risque de se sentir à juste titre blessée dans son orgueil…