Vivre à Deux

V’là le printemps

Publié le
V’là le printemps

Ça y est, l’hiver est passé, nous avons encore une fois résisté. En bons méditerranéens que nous sommes, l’arrivée du printemps et des beaux jours est l’occasion d’une renaissance. A nous les terrasses de café, avec lunettes de soleil et écran total, et les jardins parfumés. A nous également, l’étincelle de la remise en forme dans l’espoir de pouvoir pavaner sur la plage, cet été. Mais le printemps, c’est également, la période du grand ménage : dans les maisons, où l’on pense déjà à commencer à laver couettes et tapis, mais également dans les couples. Mais pourquoi le printemps nous titille autant ?

par Kmar Ghazeli

A l’arrivée du printemps, les jours se rallongent, les températures se radoucissent, on sort de la routine d’un hiver où l’on essaye de réduire au maximum les activités extérieures pour rentrer, le vite possible, chez soi au chaud, devant une bonne chorba. Autant dire que c’est « métro-boulot-dodo ». Par contre, le printemps est synonyme de renouveau. On se prend à flâner, à faire du shopping pour préparer sa garde-robe estivale. Le soleil et la luminosité donnent un regain d’énergie à la plupart d’entre nous.

Cependant, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Même s’il n’existe pas de dépression printanière, à proprement parler, certaines personnes souffrent de la sortie de l’hiver, notamment parce qu’elles supportent mal les changements climatiques, la reprise de la vie sociale, les renvoyant parfois à leurs propres difficultés à vivre avec les autres.

Les personnes sujettes à des pathologies psychiques ou mentales, tels que les troubles bipolaires, ressentent une certaine agitation lors du changement de saison, ce qui peut provoquer un déséquilibre dans la gestion de la pathologie. Et si, pour la plupart d’entre nous, le printemps est synonyme de joie, c’est malheureusement également une période où l’on constate une hausse des suicides.

Grand ménage dans les couples

Le printemps est également une période où les couples se font et se défont.

Pour certains, Cupidon est passé par là et l’Amour avec un grand A. C’est également la période où débutent les festivités des mariages et fiançailles. Pour d’autres, ayant déjà dépassé cette période euphorique depuis plus ou moins longtemps, c’est la saison de tous les dangers.

Ce qui est sûr, c’est qu’à la différence de l’hiver, au printemps, nous avons de l’énergie. Celle-ci va être utilisée pour remettre les choses à plat dans le couple ou donner un grand coup de balai et décider de tout plaquer, considérant que cette histoire n’a plus lieu d’être.

Après l’hiver

N’attendez pas de moi que je vais vous donner

Des raisons contre Dieu que je vois rayonner ;

La nuit meurt, l’hiver fuit ; maintenant la lumière,

Dans les champs, dans les bois, est partout la première.

Je suis par le printemps vaguement attendri.

Avril est un enfant, frêle, charmant, fleuri ;

Je sens devant l’enfance et devant le zéphyr

Je ne sais quel besoin de pleurer et de rire ;

Mai complète ma joie et s’ajoute à mes pleurs.

Jeanne, George, accourez, puisque voilà des fleurs.

Accourez, la forêt chante, l’azur se dore,

Vous n’avez pas le droit d’être absents de l’aurore.

Je suis un vieux songeur et j’ai besoin de vous,

Venez, je veux aimer, être juste, être doux,

Croire, remercier confusément les choses,

Vivre sans reprocher les épines aux roses,

Être enfin un bonhomme acceptant le bon Dieu.

Ô printemps ! bois sacrés ! ciel profondément bleu !

On sent un souffle d’air vivant qui vous pénètre,

Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ;

On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ;

On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux

Et de voir, sous l’abri des branches printanières,

Ces messieurs faire avec ces dames des manières.

26 juin 1878 – Victor Hugo

Employée dans une administration, avec l’arrivée des beaux jours, je me sens revivre. Mon plus grand plaisir est de pouvoir m’occuper de mon petit jardin. J’achète de nouvelles fleurs et je pense aux longues soirées d’été que vais pouvoir passer, avec un thé ou une citronnade dans mon petit paradis.

Eya, 31 ans, mariée

Pour moi, le printemps est une période particulière. En premier lieu, parce que je fête mon anniversaire le 15 avril et puis, c’est la dernière ligne droite avant les examens de fin d’année. Après, c’est direction la plage avec mes amis et ma famille pour me ressourcer.

Skander , 25 ans, étudiant

Personnellement, le printemps était une saison que j’aimais beaucoup auparavant. Mais, au printemps 2003, j’ai perdu mon père et pratiquement un an après, jour pour jour, j’ai perdu ma mère. Depuis, je ressens toujours une certaine tristesse durant cette période de l’année.

Zeineb , 42 ans, femme au foyer

Le printemps a toujours eu une saveur particulière. Je me souviens, lorsque j’étais enfant, c’était l’occasion, pour ma mère et mes tantes, de commencer le grand rangement dans la maison. Trier les vêtements d’hiver, ranger les tapis les plus épais et surtout préparer les mariages et les fiançailles des filles et garçons de la famille. C’était aussi le moment où l’on se régalait avec les fraises du jardin.

Khadija, 63 ans, retraitée